Vous êtes ici : Accueil / 2011 / Mesures sévères contre des socialistes Malaisiens

Mesures sévères contre des socialistes Malaisiens

de l'ICOR Asian Continental Committee & PSM (parti socialiste de Malaisie), le 7 Juillet 2011

 

International Coordination of Revolutionary Parties & Organizations

ACC – Asian Continental Committee 7 Juillet 2011

Chers camarades,

dans le cadre de sa politique anticommuniste, le gouvernement malaisien a ouvertement attaqué le PSM (parti socialiste de Malaisie) et l'a accusé de tenter de répandre le communisme et faire revenir “l'ancien parti communiste”. Nous avons reçu l'émail suivant:

APPEL URGENT : 28 Juin 2011

Publication

immédiate

 

MESURES SÉVÈRES CONTRE

DES SOCIALISTES MALASIENS:

 

30 ACTIVISTES DU PSM INCULPÉS SOUS LA SECTION ABSURDE 122 – FAIRE LA GUERRE CONTRE LE ROI

 

30 activistes du Parti Sosialis Malaysia (PSM), y inclus deux jeunes, furent inculpés sous la section 122 du code pénal (faire la guerre contre le monarque et tenter de ressusciter l'idéologie communiste) et furent mis en détention provisoire pendant 7 jours pour avoir pratiquer leur liberté de parole. Si ils sont mis en accusation sous cette section, ils seront déniés la liberté sous caution.

Le groupe fut arrêté le 25 juin à Kepala Batas, Penang, pendant qu'ils étaient en train de distribuer des tracts pour informer le public dans le cadre de leur campagne Udahlah-Bersaralah (C'est assez, il est temps pour démissionner), une campagne de conscience national que le PSM a mené récemment du 24 au 26 juin 2011.

La nouvelle que le PSM essaierait de ressusciter le communisme fut basée sur des t-shirts ordinaires de leaders gauches, trouvés dans le bus transportant les activistes du PSM. La nouvelle que le PSM chercherait à ressusciter le communisme fut l'information principale dans toutes les médias établies locales et est censée de créer de la peur d'un ennemi imaginaire – une tactique utilisée communément auparavant pour réprimer des activistes.

Parmi ceux qui furent arrêtes figurent le vice-président national du PSM, M. Saraswathy, et Dr. Jeyakumar Devaraj, député du parlement du PSM.

 

La liste suivante indique les noms des activistes arrêtés.

 

Les 7 détenus au commissariat central de Penang sont

 

1.Dr, Jeyakumar – seul membre du parlement du PSM

2.Choo Chon Kai – coordinateur international du PSM

3.Selvam (conducteur de bus)

4.Letchumanan- secrétaire de la section Sg. Siput du PSM

5.M.Sarasvathy – vice-président national du PSM

6.Chong Moi

7.Soh Sook Hwa – membre du comité central du PSM

 

Les autres sont détenus au centre de détention Kepala Batas:

8.M.Sukumaran – membre du comité central du PSM

9.Kamaladevi

10. Indra

11.Saroja

12.Velayutham

13.Santhana

14.Ravindran – secrétaire de jeunesse du PSM

15.Raveen Veerasenan

16.Thivya Kumar

17.Packialechumy

18.Jody

19. Wong Mei Yong

20.Nalaiyani

21.Deepa

22.Remy-président de la section Tanjung Malim

23.Saratbabu – président des jeunes du PSM

24.Gana – président de la section Buntong

25.Sivoosamy – secrétaire de la section Bercham

26.Shanmugam

27.Subramaniam

28.Arokiammangalam

29.Murugan

30.Tanushia

31.Kavitha

 

Le PSM condamne les accusations du gouvernement qui cherche à impliquer le PSM dans une guerre contre le roi et la réanimation de l'ancien Parti Communiste de Malaisie. Ce gros mensonge flagrant est utilisé contre les 30 activistes du PSM qui ont participé dans la campagne de conscience national (“C'est assez, il est temps pour démissionner”), réalisé par le PSM du 24 au 26 Juin 2011. Les activistes qui étaient censés d'être libérer sans condition, furent mis en détention provisoire pendant 7 jours sous Seksyen 122 du code pénal, c'est à dire, mener une guerre contre le roi.

L'affirmation de la police et l'accusation du gouvernement actuel par rapport aux activistes du PSM sont sans fondement, absurdes et politiquement motivées. Donc, le PSM demande au gouvernement d'arrêter tous ces conneries, de libérer les détenus et de présenter ses excuses au PSM pour son accusation sans fondement.

Le PSM pense qu'il soit plutôt amusant que le gouvernement chercher à établir une connexion entre le PSM et les communistes, seulement parce qu'on a trouvé quelques t-shirts avec des images de leaders communistes. Ces t-shirts sont ouvertement vendu et tout le monde peut les acheter sans problème. En plus, le gouvernement de Malaisie a des liaison politiques et diplomatiques avec le parti communiste de Chine, Cuba, Vietnam et beaucoup d'autres pays.

D'ailleurs, il faut souligner que le gouvernement malaisien a signé un accord de paix avec le MCP en 1989 et aussi avec des leaders communistes plus âgés comme Rashid Maidin, Suriani dan Abdullah CD ont eu une audience royale avec DYMM Sultan Azlan Shah. Donc, faire revenir le spectre du communisme dans l'ère après la guerre froide est un coup désespéré par le régime UMNO -BN pour continuer à s'agripper au pouvoir en instillant la peur parmi le peuple et pour justifier le déploiement de l'ISA draconien.

Le PSM est un parti enregistré qui fait du travail légal (non-clandestin) et est bien connu et un parti populaire. Le PSM a toujours reconnu les contributions des partis gauches dans la lutte pour l'indépendance, comme le PKMM, API, AWAS et le MCP (PKM). La reconnaissance de ces partis gauches par le PSM ne peut point être interprétée de façon que le parti cherche a réanimer le MCP.

Les médias contrôlées par le UMNO-BN ont mis l'accent sur cette accusation pour faire peur aux gens ainsi qu'ils ne participent pas dans la manifestation Bersih 2, prévue pour le 9 juillet. Le PSM soutient la manifestation BERSIH 2, même si la campagne BN (C'est assez ...démissionner) n'a rien à voir avec la manifestation Bersih 2. Néanmoins, la police cherche à établir une connexion entre les deux pour qu'elle peut empêcher la manifestation Bersih 2.

Le PSM est conscient du fait que l'action contre le PSM est une action systématiquement planifiée par la police pour créer un ennemi imaginaire avec l'intention de créer un environnement “d'émergence” dans lequel le gouvernement peut justifier le déploiement de l'ISA ainsi que réaliser une répression massive pour empêcher la manifestation Bersih 2 le 9 juillet qui gagne de la force et du soutien de masse parmi le peuple.

L'action policière récente contre le PSM ne nous empêchera pas à continuer notre lutte et à nous battre pour les droits des ouvriers et du peuple.

Nous cherchons la solidarité au niveau local et international. Le PSM est en ce moment le seul mouvement de masse socialiste dans le pays et va continuer cette grande lutte.

 

Vive le socialisme!

Vive le PSM

Publié par,

S.Arutchelvan

secrétaire général national

Parti Sosialis Malaysia

 

Que pouvez-vous faire?

 

Des actions urgentes sont requises:

 

Veuillez écrire une lettre au gouvernement et la police pour exprimer votre condamnation la plus forte de ces arrestations et de la répression contre les activistes du PSM. Veuillez aussi demander au gouvernement malaisien de libérer tous les activistes et de continuer et respecter la liberté de parole comme elle fut exprimé dans l'article 10 de la constitution fédérale. Veuillez demander au gouvernement d'arrêter la répression contre le PSM et les accusations absurdes dirigées contre lui.

 

MODÈLE DE LETTRE

 

[en-tête de votre organisation]

 

Dato' Sri Mohd Najib bin Tun AbdulRazak,

Prime Minister of Malaysia,

Prime Minister's Office,

Main Block, Perdana Putra Building,

Federal Government Administrative Centre,

62502 Putrajaya , MALAYSIA

 

Tel: 603-8888 8000

Fax: 603-8888 3444

E-Mail: ppm@pmo.gov.my

 

 

Cher Monsieur Dato' Sri Mohd Najib bin Tun AbdulRazak,

 

Re: Libérez tous les détenus et arrêtez la répression en cours contre les socialistes malaisiens

 

Nous vous écrivons pour exprimer notre indignation et notre condamnation la plus forte de la répression qui est en cours d'être effectuée par votre gouvernement et de l'arrestation des 30 activistes du PSM.

Nous sommes atterrés par votre gouvernement et les dernières actions de la police et regardons ceci comme une tentative de votre gouvernement d'intimider les citoyens malaisiens de façon qu'ils n'osent pas exercer leur droits civils et politiques.

En plus, nous demandons que le gouvernement arrête l'attaque contre la liberté de parole et libère immédiatement tous les 30 activistes du PSM.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

 

[Nom]

Cc To:

 

1. Inspector-General of Police

Tan Sri Ismail Omar,

Ibu Pejabat Polis Diraja Malaysia,

50560 Bukit Aman,

Kuala Lumpur, Malaysia.

Tel: +603 2262 6015

Fax: +603 2272 5613

 

2. Tan Sri Hasmy Agam, Chairman,

Malaysian Human Rights Commission,

Level 11, Menara TH Perdana,

Jalan Sultan Ismail,

50250 Kuala Lumpur.

 

 

Tel: 03 26125600

Fax: 03 26125620

 

3. Mr. Frank La Rue

Special Rapporteur on the promotion and protection of the right to freedom of

opinion and expression

Palais des Nations

CH-1211 Geneva 10

Switzerland

Fax: +41 22 917 9006

Email: freedex@ohchr.or

 

4. Ms. Margaret Sekaggya,

SpecialRapporteur on the situation on human rights defenders,

Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights (OHCHR)

Email: defenders@ohchr.org, urgent-action@ohchr.org

 

5. Christine Chung,

Human Rights Officer,

Office of the High Commissioner of Human Rights,

Asia Pacific Section, Asia Pacific and Middle East Branch,

Field Operation & Technical Cooperation,

OHCHR- Palais Wilson,

United Nationas Office at Geneva,

CH-1211 Geneva 10,

Switzerland.

 

Tel: +41 (0) 229289673

Fax: +41 (0) 22928 9018

Email: cchung@ohchr.org

 

Au nom du comité continental d'ICOR Asie, je fait l'appel à tous les membres d'ICOR d'envoyer immédiatement des pétitions contre cette violation flagrante de droits humains et cette politique anticommuniste claire.

Salutations révolutionnaires,

coordinateur d'Asie, ICOR



Actions sur le document