Vous êtes ici : Accueil / 2014 / Développons une offensive de la politique financière prolétarienne

Développons une offensive de la politique financière prolétarienne

Résolution de la 2e Conférence mondiale de l'ICOR, 1 avril 2014

 

L'indépendance financière de l'ICOR et des membres de l'ICOR particuliers est le garant de la construction à succès de l'ICOR dès le début. Elle fut conquise dans la consciente démarcation des habitudes de longue date du Komintern qui a créé des relations de dépendance idéologiques, politiques et organisatrices par le financement du travail des partis fraternels. Dans un nombre de partis même le principe de Lénine de l'obligation des membres du parti à cotiser était abandonné[1]. Aujourd'hui l'ICOR doit défendre le principe de l'indépendance financière contre les méthodes propagées par les ONG, les Églises, les forums sociaux, pour exercer une influence politique via le financement des conférences, manifestations etc. 

Faire de l'indépendance financière un trait caractéristique de l'ICOR

Personne ne libérera la classe ouvrière et les masses si elles ne le font pas eux-mêmes. Les masses peuvent obtenir la libération de l'exploitation et oppression de haute lutte, seulement si elles financent cela en s'appuyant sur leurs propres forces. Cela est un élément indispensable de l'éducation des masses pour l'autolibération dans la lutte contre le système de corruption de l'impérialisme qui exerce une influence sur les masses aussi moyennant le mode de pensée petit-bourgeois. Le principe de l'indépendance financière et de l'altruisme par contre exerce une attirance particulière sur les masses.

« La confiance est bonne, le contrôle est meilleur »

La comptabilité prolétarienne suit le principe de Lénine « La confiance est bonne, le contrôle est meilleur ». Le contrôle, qui est réalisé par les commissions de l'audit, n'est pas étranger à la classe ouvrière. Le contrôle des directions responsables par les membres et les masses est une conclusion décisive de la dégénérescence révisionniste des anciens partis socialistes. L'obligation à la justification des tous les dépenses et recettes n'est pas un contrôle des organisations particulières et de leur travail, mais seulement un contrôle des opérations de paiement à l'intérieur de l'ICOR. L'audit régulier se réfère à la comptabilité correcte qui est susceptible d'être vérifiée conformément à la prise des décisions.

Renforçons la morale financière prolétarienne !

Toutes les expériences montrent que la disponibilité à faire des dons dans les pays dépendants est en partie plus grande que dans les pays impérialistes. Le mode de pensée « nous ne pouvons pas donner quelque chose parce que nous n'avons rien » est une mentalité petit-bourgeois étrangère à la classe prolétarienne. En partie, on a obtenu les meilleurs résultats dans les collectes juste parmi les plus pauvres des pauvres. Les résultats dans les collectes sont un indicateur de la ligne de masse et des liens avec les masses. Le travail financier conscient par des collectes systématiques et des versements de cotisation correctes sont des caractéristiques de la politique financière prolétarienne.

L'unité dialectique de dépenses et recettes

Karl Marx a formulé l'unité dialectique fondamentale des dépenses et recettes comme principe du travail financier prolétarien. Dans l'ICOR chaque membre et chaque organe élu est obligé à réaliser cette unité dialectique. En respectant les capacités financières différentes des organisations particulières nous combinons le principe de l'unité des dépenses et recettes avec le principe de solidarité. Par conséquent chacun sans exception s'engage à faire une contribution qu'il détermine lui-même selon ses possibilités. En même temps les différences des capacités financières sont compensées par un système de compensation entre les continents différents. Cela ne signifie pas une dépendance, mais une compensation entre la force et la faiblesse à l'intérieur de l'ICOR. La base de cela est le but commun de l'autofinancement, même s'il est réalisé d'abord en partie en forme d'une propre contribution.

Développons des initiatives diverses pour l'autofinancement des tâches croissantes :

Pas une activité politique sans une offensive du travail financier parmi les masses

Réalisations des collectes en liaison avec des campagnes communes

Collectes systématiques dans toute forme de travail parmi les masses

Travail d'alliance et recrutement de donateurs permanents pour l'ICOR

Mobilisation des masses pour promouvoir la construction de l'ICOR par du soutien matériel (fabrication des objets d'art, logement et ravitaillement des conférences et réunions etc.)

Organisations des mouvement de samedi communistes

Établissement d'un commerce à long terme pour le financement solide de l'ICOR



[1]   « Lénine insiste pour qu'on iunclue les mots de soutien matériel, du moment que tous reconnaissent que le parti doit subsister grâce aux ressources fournies par ses membres. Il ne peut être question, quand il s'agit de création d'un parti politique, de se référer à des considérations morales. » (Lénine, « Intervention dans la discussion des stastuts du parti » Œuvres t. 41, p. 76/77)

Télécharger en PDF

Actions sur le document