Vous êtes ici : Accueil / 2014 / Résistance active pour l'interdiction du fracking – dans le monde entier !

Résistance active pour l'interdiction du fracking – dans le monde entier !

Résolution de l'ICOR, 22 septembre 2014

 

Samedi, le 11 octobre, à l’occasion de la Global Frackdown Day, des militants s'opposant au fracking iront dans les rues, organiseront des blocus ou des soirées d'information. Sur tous les continents, en particulier en Amérique du Nord et en Europe, la résistance contre le fracking (fracturation hydraulique) est en train de se développer. De grands groupes énergétiques comme ExxonMobile, BP, BASF et sa filiale Wintershall ou CEP (Central European Petroleum) font fracturer des couches d’ardoise dans des profondeurs de milliers de mètres pour extraire du sol des réserves de gaz. Le programme cadre de l'UE HORIZON est censé de subventionner la fracturation des monopoles énergétiques comme génération d’une « énergie sûre, propre et performante » avec 80 milliards d’euros jusqu'à 2020. Mais la seule chose qui est sûre ce sont les profits maximaux qui attendent les monopoles énergétiques.

Les médias bourgeois en Europe appellent le fracking tout au plus un « porteur de risques ». Et pourtant des paysages entiers ont déjà été dévastés et rendus inhabitables aux Etats-Unis :

  1. La nappe phréatique a été empoissonnée durablement par le mélange d'eau, de sable et d’additifs chimiques injecté sous haute pression et des systèmes écologiques à grande profondeur ont été détruits. L'accès à de l'eau potable pur est refusé à des milliers d’hommes et d’animaux, aussi à celle provenant des fleuves. 25 % du cocktail toxique remontent à la surface et contaminent l’air.

  2. Des substances radioactives, soutirées des profondeurs avec les eaux rejetées par les forages, ont des effets cancérogènes. En proximité des puits des séismes se sont produits à maintes reprises.

  3. La combustion du gaz contenant du méthane renforce l'émission de CO2 et ainsi la menace d’une catastrophe climatique.

« La pollution des océans et des continents, l'abolition des forets pluviales et de la couche d'ozone, l'extraction risquée du gaz, du charbon, du pétrole, de l'uranium et d'autres matières premières mènent aux dommages très sérieux à la biosphère et à une intoxication chronique croissante des masses au plan mondial. » (de la résolution de la 2e Conférence mondiale de l'ICOR dans la lutte contre la menace d’une catastrophe écologique mondiale d’avril 2014, publiée sur le site Web de l'ICOR) Ainsi, le fracking devient un autre facteur essentiel de la transition accélérée vers une catastrophe environnementale planétaire.

Pour rendre le fracking plus acceptable pour la population, on promet le « clean fracking » et la protection des zones d'eau potable. Mais la nappe phréatique ne sait pas s’arrêter et le fracking fonctionne seulement en y ajoutant un cocktail toxique. Des forages d’essai visent aussi à apaiser la population, mais en réalité ils servent à créer un fait accompli. Pour préserver notre environnement naturel et ainsi notre existence humaine, il ne peut y avoir que la revendication :

Interdiction de la fracturation hydraulique - dans le monde entier ! Passage à 100% d'énergies renouvelables !

Quand des États comme la France et la Bulgarie ou certaines communes et quelques gouvernements régionaux ont interdit le fracking jusqu'à présent, ils risquent maintenant que des procédures seront engagées contre eux selon la volonté de la Commission européenne. Rien que pour faire fructifier au maximum le fracking. Quelle qu’en soit la destruction des bases d’existence humaine par le système impérialiste. Des appels bien intentionnés à la « raison » des dominants ne serviront à rien. Dans la résolution de la 2e Conférence mondiale de l'ICOR il est dit:

« Dans cette situation, le mouvement écologique doit s'orienter nouvellement et se construire au plan mondial. La base en doit être la résistance active pour sauvegarder l'environnement de l'économie de profit. Il doit être ouvert à un ordre social sans exploitation de l'homme et de la nature. »

« Marx et Engels ont déjà souligné que l'unité de l'homme et de la nature est fondamentale pour un développement social progressif.

L'ICOR doit se donner la tâche de s'engager pour une nouvelle conscience plus élevée au sein de leurs propres rangs et parmi les masses au sujet de l'urgence de la question écologique et sa solution en unité avec la préparation et réalisation de la révolution socialiste au plan international. Sans la défense des leçons du marxisme-léninisme sur l'unité fondamentale de l'homme et la nature et leur développement à un niveau supérieur, sans la défense des acquis socialistes au sujet de la politique environnementale, sans la lutte pour la préservation des bases d'existence naturelles, on ne peut plus aujourd'hui ni préparer la révolution socialiste internationale ni la réaliser avec succès! »

C'était une conquête de l'Union soviétique encore socialiste à cette époque, qu'elle a donné la priorité à l'énergie hydraulique malgré des réserves énormes de charbon et de gaz naturel et a ainsi développé l'unité de l'homme et de la nature.

Aujourd’hui, la résistance contre le fracking s'accroît dans le monde entier. Les partis et organisations signataires de l'ICOR Europe font de leur mieux pour soutenir les actions de résistance et s'engagent pour la construction d'un front international de résistance contre la menace d’une catastrophe écologique planétaire. Pour préserver l'unité de l'homme et de la nature, le système impérialiste doit être renversé. Dans cette lutte révolutionnaire le rôle dirigeant revient à la classe ouvrière. Les partis de l'ICOR sont conscients du fait que « seulement la victoire du socialisme au plan mondial peut empêcher la catastrophe écologique capitaliste ». (Résolution de la 2e Conférence mondiale de l'ICOR).

Sauvez l'environnement de l'économie de profit!

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!

Prolétaires de tous les pays et peuples opprimés, unissez-vous!

Renforcez les partis de l'ICOR!

Lors de sa fondation en octobre 2010, l'ICOR a décidé quatre journées commune de lutte chaque année : le 8 mars comme journée de lutte internationale pour la libération de la femme, le 1er mai comme journée de lutte internationale de la classe ouvrière, une journée de lutte internationale contre le fascisme et la guerre le 8/9 mai, le 6 août ou le 1er septembre et la journée de lutte internationale pour la sauvegarde de l'environnement naturel. Il sera réalisé le 6 décembre en 2014 à l’échelle mondiale simultanément à la Conférence mondiale sur le climat qui a lieu à Lima.



Signataires (en date du 29/09/2014, d'autres signatures sont possibles):

  1. MMLPL Moroccan Marxist-Leninist Proletarian Line (Ligne prolétarienne marxiste-léniniste marocaine)

  2. CPSA (ML) Communist Party of South Africa (Marxist-Leninist) (Parti communiste d'Afrique du Sud (marxistes-léninistes unifiés))

  3. MLOA Marxist-Leninist Organization of Afghanistan (Organisation marxiste-léniniste d'Afghanistan)

  4. CPB Communist Party of Bangladesh (Parti communiste du Bangladesh)

  5. CPI (ML) Communist Party of India (Marxist-Leninist) (Parti communiste d'Inde (marxiste-léniniste))

  6. Ranjbaran Hezb-e Ranjbaran-e Iran (Parti prolétarien de l'Iran)

  7. CPN (Unified) Communist Party of Nepal (Unified) (Parti Communiste du Népal (unifié))

  8. NCP (Mashal) Nepal Communist Party (Mashal) (Parti communiste du Népal (Mashal))

  9. Krasnyj Klin Gruppa Kommunistov-Revoljucionerov „Krasnyj Klin“ (Groupe de révolutionnaires communistes "Krasnyj Klin" [coin rouge]), Bélarus

  10. БКП Българска Комунистическа Партия (Parti communiste bulgare)

  11. MLPD Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands (Parti marxiste-léniniste d'Allemagne)

  12. RM Rode Morgen (aube rouge), Pays-Bas

  13. MLP Marksistsko-Leninskaja Platforma (Plate-forme marxiste-léniniste), Russie

  14. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)

  15. PR Partija Rada (Parti du travail), Yougoslavie

  16. VZDOR VZDOR - hnutie práce (Résistance - parti ouvrier), Slovaquie

  17. KSC-CSSP Komunisticka Strana Cheskoslovenska – Cheskoslovenska Strana Prace (Parti communiste de Tchécoslovaquie - Parti ouvrier tchécoslovaque), République tchèque

  18. MLKP Marksist Leninist Komünist Parti Türkiye / Kuzey Kürdistan (Parti marxiste-léniniste communiste Turquie / Kurdistan du Nord)

  19. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija; Ukraina (Conseil de coordination du mouvement ouvrier d'Ukraine)

  20. PCC-M Partido Comunista de Colombia – Maoista (Parti communiste de Colombie - maoïste)

  21. PC (ML) Partido Comunista (Marxista Leninista) (Parti communiste (marxiste-léniniste)), République Dominicaine

  22. PCP (independiente) Partido Comunista Paraguayo (independiente) (Parti communiste Paraguayen (indépendant))

  23. PML del Perú Partido Marxista Leninista del Perú (Parti marxiste-léniniste du Pérou)

  24. PPP Partido Proletario del Perú (Parti prolétarien du Pérou)

  25. ORC Organisation Révolutionnaire du Congo, République démocratique du Congo


Signé après la date de sortie:

26. PC/ML Partido Comunista (Marxista-Leninista) de Panamá (Parti communiste (marxiste-léniniste) du Panama)

27. PCC CPI (ML) Provisional Central Committee Communist Party of India (Marxist-Leninist) (Comité central provisoire du Parti communiste d'Inde (marxiste-léniniste))

28. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation communiste de Luxembourg)

29. PPSR WATAD Parti Patriote Socialiste Révolutionnaire WATAD, Tunisie

30. ROL Revolutionary Organization of Labor (Organisation révolutionnaire du travail ), États Unis

 

International Coordination of Revolutionary Parties and Organizations

- Office of the ICC -

Buerer Strasse 39

D-45899 Gelsenkirchen

Germany

Phone: + 49-209-3597479

Email: coordinationint@yahoo.co.uk

Website: www.icor.info





Actions sur le document