Vous êtes ici : Accueil / 2015 / Liberté pour Abdullah Öcalan – Libération du Kurdistan

Liberté pour Abdullah Öcalan – Libération du Kurdistan

APPEL A LA LONGUE MARCHE, AU DEPART DE BERNE, DE LUXEMBOURG ET DE FRANCFORT, JUSQU’A STRASBOURG, 1er février – 12 février 2015 (par KCD-E)

 

A l’occasion du 16ème anniversaire de l’arrestation du leader kurde Abdullah Öcalan, des marches seront organisées jusqu’à Strasbourg, au départ de Francfort (1er février), de Luxembourg (2 février) et de Berne (4 février), pour dénoncer le complot international qui est à l’origine de cette arrestation, pour faire connaître la question kurde et pour demander la libération d’Abdullah Öcalan. Le mot d’ordre de cette manifestation sera “Liberté pour Abdullah Öcalan – Libération du Kurdistan”. A leur arrivée à Strasbourg, le 12 février, les manifestants présenteront au Conseil de l’Europe les signatures recueillies depuis près de deux ans dans le cadre de la pétition “Liberté pour Abdullah Öcalan".

Il y a 16 ans, le 15 février 1999, le Leader du peuple kurde, Abdullah Öcalan, était arrêté à l’issue d’un complot international, à Nairobi, capitale du Kenya, et livré à la Turquie avec des méthodes qui n’ont rien à envier à celles des corsaires des premiers temps. Depuis, il est détenu en état d’isolement sur l’île-prison d’Imrali située en mer de Marmara. Malgré ces conditions difficiles et insupportables, Monsieur Öcalan a poursuivi sans cesse ses efforts pour la résolution pacifique de la question kurde. Il est l’architecte de toutes les négociations de paix menées avec l’Etat turc concernant la question kurde. Voilà plus de deux ans qu’il mène des pourparlers avec les autorités turques en vue d’une issue politique et pacifique à la question kurde, sans parler des cessez-le feu et des rencontres antérieures. Il est reconnu par la partie kurde comme le principal interlocuteur dans le cadre des négociations. A l’appel de M. Öcalan, un cessez-le feu a été institué entre les forces de la guérilla kurde et l’armée turque, il y a maintenant plus de deux ans. Malgré tous ses efforts pour la paix, Abdullah Öcalan est toujours détenu.

M. Öcalan n’est pas seulement un Leader politique. Il est aussi un théoricien qui a joué un rôle très important dans l’émancipation des femmes. Le mouvement de libération des femmes dont il a favorisé la création et auquel il a contribué est aujourd’hui montré comme un modèle dans le monde entier. Dans cette région du Moyen-Orient où le poids de la religion et des traditions est important, on assiste à une évolution remarquable des femmes kurdes dans les domaines social, politique et militaire. Beaucoup de ces femmes luttent aujourd’hui contre le fascisme de Daesh dans tout le Kurdistan, et en particulier à Kobanê.

Voilà plus de 4 mois que Kobanê résiste au prix de grands sacrifices. Malgré toutes les demandes en ce sens, Kobanê ne dispose pas encore d’un couloir humanitaire. De même qu’il refuse l’ouverture d’un couloir humanitaire à sa frontière, l’Etat turc continue de soutenir Daesh. Cette organisation retient encore près de 3 500 femmes kurdes yézidis qui subissent toutes sortes de violences. Malgré tous les efforts déployés par les guérilléros du HPG et les Unités de Résistance de Shengal (YBS), Shengal n’est pas encore entièrement libérée. Les affrontements continuent et des centaines de milliers de personnes ne peuvent toujours pas retourner chez elles et ont besoin d’aide.

            La Syrie est plongée depuis 4 ans dans une grande guerre civile. Les Kurdes ont créé au Rojava (Kurdistan de Syrie) un système cantonal d’autogestion. Toutes les composantes ethniques et religieuses de la population (Kurdes, Arabes, Assyriens, Syriaques, Chaldéens, Arméniens, Tchétchènes, musulmans, chrétiens, yézidis, alévis) sont représentées à tous les échelons de la nouvelle administration. Depuis trois ans, la région du Rojava subit les attaques barbares de Daesh et d’El Nosra qui sont des émanations d’Al Qaïda. Le massacre commis à Paris contre Charlie Hebdo démontre l’ampleur du danger que représentent ces forces salafistes pour le monde entier. Aujourd’hui, les forces qui mènent le plus grand combat contre le fascisme de Daesh sont les YPG (Unités de Défense du Peuple) et les YPJ (Unités de Défense des Femmes). Ceux-ci ne reçoivent cependant pas un soutien suffisant de la communauté internationale. Les administrations cantonales du Rojava doivent être reconnues et soutenues en tant qu’elles représentent une alternative démocratique pour tout le Moyen-Orient.

Le PKK et les forces partageant sa ligne politique ont défendu les peuples et les valeurs humaines face aux attaques de Daesh. Tout le monde connaît la résistance historique menée contre le fascisme de Daesh par ces groupes, en particulier à Shengal et Kobanê. Alors que la plupart des armées de la région ont fui face à l’arrivée de Daesh, le PKK et ses alliés ont fait rempart face aux attaques fascistes des barbares.

Il est étonnant que les Etats-Unis et les Etats de l’Union européenne maintiennent le PKK sur la liste des organisations terroristes alors qu’ils se battent contre Daesh sur le même front que cette organisation. Plus étonnant encore, le PKK et Daesh figurent sur la même liste. Par ailleurs, la Turquie qui est à l’origine du placement du placement du PKK sur ladite liste est en pourparlers avec celui-ci. Plus rien ne justifie donc le maintien du PKK sur cette liste.

            Afin de faire entendre ces revendications – Liberté pour Abdullah Öcalan, Soutien à la résistance de Shengal et de Kobanê, Reconnaissance des cantons autonomes du Rojava, Retrait du PKK de la liste des organisations terroristes - nous appelons les Kurdes d’Europe et leurs amis à participer aux différentes marches au départ de Francfort le 1er février, de Luxembourg le 2 février et de Berne le 4 février, cette dernière étant organisée par le Mouvement des Femmes Libres du Kurdistan.

 

KCD-E – Congrès de la Société Démocratique Kurde en Europe

 

Pour s’informer sur la marche et s’inscrire :

http://www.kcde.eu   

https://www.facebook.com/kcde.eu

https://twitter.com/MesaAzadiye2015

Actions sur le document