Vous êtes ici : Accueil / 2016 / « La fin d’une ère dans la construction de parti – et le MLPD doit faire face à des défis de taille »

« La fin d’une ère dans la construction de parti – et le MLPD doit faire face à des défis de taille »

Interview avec Gabi Gärtner et Stefan Engel dans Rote Fahne du 25 novembre 2016

 

Peu après le Xe Congrès Stefan Engel et Gabi Gärtner ont pris du temps pour une interview "Eine Ära im Parteiaufbau geht zu Ende – und die MLPD steht vor großen Aufgaben!" détaillée avec Rote Fahne. Ils nous ont informés des résultats les plus importants du congrès et du premier plénum du nouveau Comité centrale qui venait d’avoir lieu. Ils parlaient de la situation de départ après l’élection de l’ultra-reactionnaire Donald Trump comme président des États-Unis et des nouvelles tâches intéressantes du MLPD. Et, notamment, de la relève de génération à la tête du parti.

 Rote Fahne : Que signifient les élections aux États-Unis ?

 Stefan Engel : La victoire électorale de Donald Trump dans les élections présidentielles aux ÉÉtats-Unis est une secousse politique. Le fait que Trump devient président manifeste le développement porteur de crises de l’impérialisme et renforcera encore cette évolution. C’est tout de même un réactionnaire juré, nationaliste, raciste et politicien fascisant qui devient maintenant le 45e président des ÉÉtats-Unis, le pays impérialiste le plus puissant du monde. Son agenda politique réactionnaire n’est pas à sous-estimer : politique économique protectionniste, annulation d’accords internationaux en matière d’environnement, politique ultra-réactionnaire à l’égard des réfugiés, suppression de réformes en matière de politique sociale, politique extérieure chauvine, soutien ouvert de la répression des palestiniens par Israël etc. Depuis la nouvelle organisation de la production internationale dans les années 1990 l’impérialisme US a perdu massivement en influence au niveau économique, politique et militaire en faveur de ses rivaux impérialistes. Surtout en ont profité les pays néo-impérialistes comme la Chine, la Russie, la Corée du Sud, le Brésil ou l’Arabie saoudite. Le slogan de Trump « Amérique d’abord » est en accord avec lesordres des milieux les plus réactionnaires et agressifs du capital financier américain. C’est ainsi que ceux-là tentent de rétablir la position prédominante mondiale largement affaiblie de l’impérialisme américain.

Cependant, la question de savoir si ce que Trump a pompeusement annoncé devient réalité est une autre histoire. À l'avenir, le pouvoir aux États-Unis ne se trouve pas non plus aux mains d’un président comme Trump, mais bien aux mains des milieux dirigeants des supermonopoles internationaux américains qui font partie du capital financier international dominant sans partage. Dans le monde multipolaire de nos jours, les États-Unis ne peuvent pas non plus agir à leur guise. En particulier les masses auront leur mot à dire. Aux États-Unis, immédiatement après l’élection, des dizaines de milliers de personnes, surtout des jeunes, ont commencé à manifester au niveau national, en partie à faire des blocus en protestant « Trump n’est pas notre président ». À l’échelle mondiale les masses accueillent Trump avec méfiance et réprobation.

Le virage à droite du gouvernement américain aura des conséquences au niveau de la politique mondiale. Il souligne la tendance générale à la réaction ouverte de l’impérialisme. Ce développement stimulera les ultra-droitistes et nationalistes réactionnaires aussi dans d’autres pays, mais aggravera aussi énormément les contradictions de classe et poussera la classe ouvrière et les masses populaires à lutter. Bref : La polarisation sociétale se renforcera sensiblement à l’échelle mondiale.

 Rote Fahne : Tous les enquêteurs bourgeois et le gros des mass média bourgeois avaient fermement compté avec une victoire électorale de Hillary Clinton. Comment ont-ils pu s’y tromper tellement ?

 Stefan Engel : Hillary Clinton a subi une défaite électorale cuisante. Tout comme apparemment les instituts de sondage d’opinions elle était victime de l’erreur qu’elle pourrait réussir dans la campagne électorale en renvoyant à ses « expériences politiques » dans des services gouvernementaux et sa proximité de Wall Street. Mais aux yeux des masses c’était justement son plus grand point négatif. Le fait qu’elle déclarait être le candidat idéal du capital financier international dominant sans partage, des mass média bourgeois et du système politique établi bourgeois lui fut fatal. La majorité écrasante de la population américaine ne veut justement pas que tout se poursuit comme d’habitude. Le mécontentement face aux conditions sociales s’accroît.

Trump le reprend mensongèrement en propageant qu’il serait l’épine dans le pied de l’establishment. Pourtant lui-même en tant que milliardaire en biens immobiliers il vit comme un coq en pâte dans cet establishment ! Trump a développé une démagogie pseudo-sociale prononcée – en recourrant à des promesses dans le vide et des phrases creuses de protection des emplois, d’aisance croissante pour tous en renforçant l’économie américaine etc. Il l’a combiné d’une manière pêle-mêle avec un véritable déferlement de mensonges, d’intrigues et une campagne de dénigrement nationaliste, misogyne et anticommuniste qui – propagés des millions de fois – devait manipuler les masses.

La médiatisation bourgeoise en Allemagne se répand maintenant en invectives contre les masses, selon lesquelles la population américaine aurait viré en général à droite. Cependant, aux États-Unis aussi existe une polarisation évidente qui comprend à côté de la tendance vers la droite aussi une forte tendance vers la gauche. Les médias aiment dissimuler que le candidat Bernie Sanders se trouvait longtemps au coude à coude avec Hillary Clinton pendant les primaires, bien qu’il n’ait disposé que d’une fraction des ses moyens financiers et de sa présence dans les médias. Il avait déclaré expressément sa sympathie pour le socialisme – et ainsi enthousiasmé surtout les jeunes.

Trump a certainement pu mobiliser des abstentionnistes de la boue droitiste ou des personnes d’une conscience de classe peu élevée. Cependant le groupe des abstentionnistes aux élections parmi ceux ayant le droit de vote est toujours le plus grand « parti » - avec près de 40 pour cent des électeurs potentiels1. Parmi eux, il y a beaucoup qui cette fois-ci, en pleine conscience de cause, n’ont voté pour aucune des alternatives apparentes. « Ni la peste, ni le choléra » était un slogan de forces progressistes et révolutionnaires, repris surtout par la jeunesse. S’y ajoutent les migrants, les jeunes et les électeursnon-enregistrés qui appartiennent plutôt au potentiel des protestataires contre Trump qu’à ceux de ses partisans. Trump devient président quoique ni même 30 pour cent de ceux ayant le droit de vote aient voté pour lui. Généralement la majeure partie des électeurs est allé voter pour des raisons tactiques, en premier lieu pour empêcher le candidat concurrent respectif. Tout cela montre la farce de la démocratie bourgeoise et que la crise du parlementarisme bourgeois est devenue un phénomène général. La campagne électorale américaine était surtout l’expression de la recherche croissante d’une alternative sociétale parmi les masses, ce qui est également un développement international. En fin de compte, ce qui faisait défaut dans les élections américaines, c’est une forte alternative, clairement à gauche et progressiste, qui aurait démasqué aussi bien la démagogie d’un Trump que celle d’une Hillary Clinton.

 Rote Fahne : Quelles sont les conclusions à en tirer ?

 Stefan Engel : Nous constatons dans divers pays que les gouvernements ayant virés à droite se retrouvent déjà en difficultés après peu de temps de leur exercice de pouvoir. Après un premier « état de choc » parmi les forces démocratiques la protestation des masses se provoquera d’autant plus tout comme leur besoin de prendre position. Ainsi Victor Orbán en Hongrie par exemple n’a pas pu réaliser plusieurs de ses projets, le gouvernement polonais, ultra-réactionnaire, a dû renoncer à des mesures misogynes et antidémocratiques essentielles et en France et en Allemagne, les gouvernements se sont retrouvés temporairement au plus bas selon les sondages. La conclusion la plus importante consiste à renforcer effectivement les alternatives progressistes à l’échelle mondiale : en construisant de forts partis marxistes-léninistes, révolutionnaires dans tous les pays du monde, dans la coordination et collaboration au sein de l’ICOR. En Allemagne, nous devons également créer cette alternative sociétale et la développer en force sociale très forte dans la lutte pour la démocratie, la liberté et le socialisme. Dans une déclaration de la Liste internationaliste/MLPD2 il est dit : « Il est temps de construire une forte alternative de gauche, progressiste, révolutionnaire et internationaliste qui pourra offrir aux masses une véritable alternative sociétale – la Liste internationaliste / MLPD. Chacun qui cherche une vraie alternative sociétale doit aussi pouvoir la trouver ! »

 Rote Fahne : Quel en est le développement du travail de cette Liste internationaliste / MLPD jusqu’à ce moment ?

 Gabi Gärtner : Le congrès électoral de l’Alliance internationaliste du 2 octobre avec ses 500 participants était un très grand succès. Il a séduit par son esprit solidaire, son optimisme, son attitude fondamentale combative internationaliste. Il a adopté unanimement un manifeste électoral, des principes pour la coopération et les candidats, il a élu un conseil d’alliance en tant qu’organe décisionnaire entre les congrès électoraux etc. Depuis, on a dressé la plupart des listes de land pour l’élection fédérale en 2017 et établi les premiers candidats directs, quelques initiatives électorales se sont déjà fondées. Les candidats et les candidates représentent une large gamme qui manifeste dans sa somme le programme universel de cette alliance : allant des sidérurgistes, mineurs, syndicalistes et délégués du personnel aux producteurs laitiers combatifs, militantes du mouvement combatif des femmes et jeunes rebelles et de nombreux migrants et migrantes kurdes, turcs et palestiniens etc. La Liste internationaliste / MLPD réunit des particuliers, des organisations de migrants, des groupes locaux de gauche, des groupes de jeunes etc. Rien que cette gamme montre le grand potentiel d’une telle nouvelle alternative ! En créant une large alliance dans la lutte contre le virement à droite du gouvernement et des partis bourgeois nous sommes partis sur de bonnes bases. Mais, ceci doit encore être développé plus en avant maintenant. Il s’y agit tout de même du fondement d’un futur front uni anti-impérialiste, progressiste et internationaliste. Cela a une importance de perspective qui dépasse de loin la journée électorale ! L’Alliance internationaliste est un mouvement qui doit s’implanter de plus en plus parmi les larges masses. Actuellement, la méthode principale de construire ce mouvement est la conquête de partisans pour cette alliance. Il faut que s’y exprime non seulement qu’elle comprend une variété de représentants et d’organisations mais aussi qu’elle est largement implantée parmi les masses. Le nombre de ceux qui soutiennent cette liste s’élève à 2 774 (actualisé le 17 novembre) et est encore loin de ce qui est possible et nécessaire. Jusqu’à la fin de l’année on peut et devrait certainement gagner 10 000 à 15 000 de personnes qui soutiennent la Liste. Chacun qui est contre le virement à droite du gouvernement, qui veut se regrouper contre cela et les forces réactionnaires de l’AfD, doit signer ! Les gens ont un grand besoin de regrouper un fort mouvement progressiste au pôle gauche de la société et de le renforcer.

Le fait que la Liste internationaliste / MLPD présente sa candidature aux élections fédérales et aux élections au landtag en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW) est actuellement la forme d’organisation concrète de l’Alliance internationaliste. Dans notre travail, nous devons mieux tenir compte des différents niveaux de conscience : premièrement construire le plus largement le mouvement de l’Alliance internationaliste avec les signatures de soutien respectives ; deuxièmement collecter des signatures pour l’admission aux élections et gagner des camarades de combat dans les initiatives électorales pour la campagne électorale au Landtag en NRW et au Bundestag en 2017 et troisièmement gagner de nouveaux membres pour le MLPD resp. les différentes formes d’organisation de l’opposition combative et pour l’Alliance.

Ce travail doit constituer le fil rouge de tout travail : ou dans les entreprises, dans le travail parmi les femmes ou le travail écologique, parmi les jeunes et internationaliste. La polarisation sociétale déployée est notre heure, si nous savons en profiter correctement.

 Rote Fahne : Le MLPD a préparé son X Congrès pendant plus d’une année. Maintenant il a eu lieu. Quelles en étaient les résultats les plus importants ?

 Stefan Engel : On peut seulement comprendre la dimension du Congrès de Sonneberg dans le contexte de la société dans son ensemble. Le développement sociétal est arrivée à un tournant dans différentes questions. Une stabilité relative du capitalisme monopoliste d’État en Allemagne qui a duré des décennies a tendance à se dissoudre et la conscience de classe se retrouve de nouveau en évolution, après que le gouvernement Merkel a veillé avec succès à ce qu’un calme relatif se tienne pendant des années. Le mécontentement croissant des masses, en particulier parmi la jeunesse se reflète maintenant dans des activités de masse. Le Xee Congrès était la réponse marxiste-léniniste au virement à droite du gouvernement, à la propension à produire des crises de l’impérialisme et à ce revirement de l’état d’esprit des masses.

Le Xe Congrès a fait avancer le processus d’autotransformation et d’apprentissage du MLPD, en lui donnant une grande poussée pour son nouveau rôle sociétal. Il fut très évident comment l’organisation a réussi à s’approprier de plus en plus l’aptitude à appliquer consciemment la méthode dialectique au niveau de l’enseignement du mode de pensée et de la pensée systémique en théorie et en pratique. Cela caractérise la capacité axée sur l'avenir du MLPD à évaluer toutes les tâches et questions qui lui reviennent – aussi des développements nouveaux et surprenants – de façon créative et de les résoudre. Cela se reflète dans cinq résultats essentiels du congrès.

Au centre du congrès se trouvait la discussion du projet du rapport d’activités du Comité central et son approbation unanime, ce qui a exprimé la grande confiance de l’ensemble du parti dans la direction du parti. En même temps, on a éclairci avec assurance de nombreuses erreurs et faiblesses de façon critique et auto-critique et tiré des conclusions de manière créative. Je ne peux me souvenir d’aucune discussion d’un projet de rapport d’activités à l’occasion des congrès qui était pénétrée de l’application consciente de la méthode dialectique sur un niveau aussi élevé.

Une particularité du Xe Congrès était aussi la discussion et la décision concernant des modifications du programme de parti du MPLD. Le congrès a confirmé le programme de 1982 qui a fait ses preuves et l’a enrichi des progrès de connaissance programmatiques dans notre travail depuis l’année 2000. Ainsi le programme remanié offre aux masses une orientation excellente dans une réalité sociale compliquée. La discussion du rapport de la Commission centrale de contrôle (CCC) était quelque chose de particulier cette fois-ci aussi. La CCC avec son contrôle indépendant d’en haut du CC est une des conclusions les plus importantes de la dégénération révisionniste de partis anciennement révolutionnaires et une caractéristique essentielle du MLPD en tant que parti de type nouveau. Le fait que la CCC, mais aussi tout le parti renforce l’aptitude d’un travail dialectique d’encadrement et que la CCC continue à consolider son indépendance dans le contrôle surtout du CC est d’une importance fondamentale pour maîtriser les tâches imminentes du MLPD. Du meilleur choix de cadres de tous les congrès jusqu’à présent, nous avons pu élire un CC fort et rajeuni avec une part élevée d’ouvriers et de femmes.

Finalement, la décision peut-être la plus large de tout le congrès est le fait d’avoir planté des jalons pour la relève de génération à la tête de parti du MLPD.

 Rote Fahne : Pourquoi la préparation du congrès a-t-elle duré si longtemps ? Y avait-il des problèmes ?

 Gabi Gärtner : Les congrès sont marqués d’un déploiement intense de la démocratie, du travail idéologico-politique créateur. Ils sont en lien le plus étroit avec les tâches qui se posent dans la lutte de classe. Nos congrès ne sont pas des formalités, des mises en scène feintes, des jeux de pouvoir comme nous l’avons pu l’observer de nouveau dernièrement chez le CSU. Pas non plus un forum de compromis boiteux en série comme lors du congrès des Verts à Münster. Le congrès du MLPD est vraiment l’organe suprême du parti ; ses décisions font partie intégrante de la détermination et du développement de sa ligne idéologico-politique, et le futur CC est lié strictement aux lignes directrices adoptées par le congrès. La discussion du projet de rapport du CC et du projet de programme a développé l’initiative idéologico-politique de tous les membres. Ainsi il y a eu 3 100 motions concernant ces deux documents et 147 contributions préparées et au total 293 discours prononcés. Évidemment que cela dure son temps et c’était prévu dès le début ! Dans cette discussion, il faut tenir compte du fait que le MLPD a réalisé, pendant toute cette période, d'importantesactivités pratiques – comme le travail extraordinaire au sujet du pacte de solidarité avec le mouvement de libération kurde.

Dans 64 événements publics et internes le CC a discuté de nouvelles questions comme le travail social marxiste-léniniste, la politique prolétarienne en matière de réfugiés, le travail marxiste-léniniste parmi la jeunesse ou la naissance de pays néo-impérialistes avec la base du parti et les masses pour préparer le congrès.

Aussi le meilleur contingent jamais connu avant de candidates et candidats pour le CC s’explique seulement sur la base d’une telle préparation approfondie. On avait un excédent de candidat(e)s de 40 pour cent sur le chiffre qu'on pouvait élire par la suite, tou(te)s étaient approprié(e)s en principe. 40 pour cent des membres du nouveau CC ont moins de 40 ans. Plus de 70 pour cent ont une situation de classe prolétarienne. Ce qui est également excellent c’est la part accrue à 45 pour cent de femmes dans les organes centraux. Une victoire de la promotion des femmes de longue durée de la part du MLPD !

Le MLPD est un parti révolutionnaire de type nouveau et peut être fier de son application du centralisme démocratique. Il n’existe certainement aucune méthode plus démocratique de préparation et de réalisation d’un congrès que celle du MLPD. Justement dans les partis bourgeois et petits-bourgeois qui tous n’arrêtent pas de parler de démocratie, la masse des membres est exclue des processus de discussion et de connaissance. Les fonctions y sont déjà fixées d’avance par les organes dirigeants du parti.

 Rote Fahne : Pourquoi l’analyse de la formation de pays néo-impérialistes est-elle si importante ?

 Gabi Gärtner : La crise économique et financière mondiale, déclenchée en 2008, présentait un tournant dans le développement du système impérialiste mondial. Le nouveau phénomène le plus important qui s’est développé de manière accélérée dans ce contexte dans l’économie mondiale est l’apparition d’une série de pays néo-impérialistes.

Ce développement a aggravé la lutte concurrentielle inter-impérialiste si sévèrement que même la menace d’une IIIe Guerre mondiale s’est accrue. Des pays néo-impérialistes tels que l’Arabie saoudite ou la Turquie tentent de conquérir à tout prix de nouvelles zones d’influence en Syrie ou au Yémen, tandis que les anciens pays impérialistes luttent pour maintenir leurs sphères d’influence de manière non moins agressive. Beaucoup de personnes sont stupéfaites au vu de la brutalité de la bataille d’Alep. Au niveau des principes tous les impérialistes se partagent une responsabilité égale pour cette guerre d’extermination.

Dans le monde multipolaire de nos jours aucun pays impérialiste n’est entièrement en mesure d’imposer ses idées du repartage du monde. Le désaccord dans l’OTAN, l’UE en ce qui concerne l’attitude face à la Russie ainsi que l’incapacité considérable d’agir de l’ONU marquent une crise ouverte de ces institutions internationales. Le Conseil de Sécurité des Nations-unies ne put adopter aucune résolution au sujet de la Syrie, parce que les puissances ayant un droit de veto se bloquèrent mutuellement. Aussi concernant le foyer de guerre d’Ukraine, explosif au niveau de la politique mondiale, les impérialistes ne sont pas non plus en mesure de décrisper décisivement la guerre qui dure depuis plus de deux années. Il est d’une grande importance que nous condamnions toute intervention impérialiste dans ce conflit et ne nous lassions pas influencer par l’information bourgeoise dont les cibles sont actuellement, avec une intention calculée, Poutine et Asad. Tous les impérialistes importants agissent plus ou moins comme instigateurs de guerre agressifs et soutiennent directement ou indirectement des groupes fascistes tels que Daech ou le front Al-Nusra, ils font la guerre au Yémen, gagnent les mille et des cents en exportant de l’armement etc.

Nous nous réjouissons vivement du fait que le mouvement marxiste-léniniste et ouvrier international reprend le débat sur l'apparition d’États néo-impérialistes et qu’il s’y fait une discussion intense. Le Xe Congrès put y apporter une contribution importante et par la discussion avec les invités internationaux le MLPD a reçu beaucoup de suggestions et indications pour approfondir ces questions. Le Xe CC prévoit publier un « Supplément bleu » à Rote Fahne au sujet des pays néo-impérialistes dans les mois à venir.

 Rote Fahne : Le Congrès a réaffirmé la thèse du revirement de l’état d’esprit des masses et du nouveau rôle sociétal que le MLPD assume progressivement ces derniers temps. À quoi l’attribuez-vous ?

 Gabi Gärtner : Dans le passé, les masses ont encore souvent considéré les partis bourgeois comme leurs interlocuteurs, bien que de plus en plus insatisfaisants. Ainsi le SPD a longtemps cultivé l’image que les préoccupations sociales seraient en bonnes mains chez lui, et les Verts ont réclamé la même chose quant à la protection de l’environnement. De moins en moins en reste. En raison de son rôle de gérant du capital financier international dominant sans partage, il saute aux yeux que cette peinture s’est décolorée dans de plus en plus de questions !

Prenons la politique à l’égard des réfugiés. Tous les autres partis coïncident dans la position réactionnaire qu’il faut limiter l’entrée de réfugiés. Seulement le MLPD, avec sa politique prolétarienne à l’égard des réfugiés, défend que les réfugiés peuvent entrer, selon la Convention des Nations unies relative au statut des réfugiés, et qu’en même temps ils ne doivent pas être traités de personnes de deuxième ou troisième classe. C’est donc un grand succès que l’on a pu faire sauter l’application rétroactive de la résidence obligatoire3 en Allemagne grâce à la lutte organisée commune des manifestations du lundi, des réfugiés, du MLPD et Rebell et des alliances électorales, non-liées à un parti, surtout à Gelsenkirchen. De cette manière, un composant essentiel de la loi réactionnaire d’ « intégration » a échoué. D’une plus grande importance est le fait que l’on a remporté ce succès contre la résistance acharnée de tous les partis bourgeois et contre des attaques anticommunistes presque quotidiennes de la part de la presse.

Ou prenons la crise de VW : Quel parti ose réellement faire front aux groupes tel que VW ou au ministre des Transports Alexander Dobrindt ? Ce groupe VW, en union avec les autorités publiques, a trompé des millions d’acheteurs d’automobiles et le monde entier, empoisonné l’environnement et les êtres humains de façon délibérée et avec une énergie criminelle et – le ministre des Transports, Dobrindt du CSU, que fait-il ? Il déclare que les acheteurs d’automobiles en Allemagne ne seront pas dédommagés – différemment à ceux aux États-Unis où chacun reçoit au moins 5 000 dollars. Tous les partis bourgeois supposent tout naturellement que les ouvriers et employés, les masses dans les communes et les contribuables doivent subir les conséquences et payer le prix. Seul le MLPD s’engage pour que les responsables répondront des dommages avec leurs biens propres et seront poursuivis en juridiction pénale, à commencer par Winterkorn, le comité directeur de VW et son conseil de surveillance.

Dans l’industrie minière le MLPD et le mouvement combatif des mineurs ont réussi à conquérir à plusieurs reprises le leadership d’opinion pour un certain temps dans la lutte contre le vol des livraisons gratuites de charbon aux mineurs, contre le stockage souterrain de déchets toxiques et contre les projets de fermer l’industrie houillère. Dans la lutte contre la suppression des livraisons gratuites de charbon étant composant de l’allocation de retraite, les anciens mineurs et les mineurs actifs et leurs familles s'adressent au mouvement combatif des mineurs Kumpel für AUF [mineurs pour AUF] dans la mesure qu’ils comprennent que c’est la social-démocratie elle-même qui est à l’origine de cette suppression.

Entre-temps, aussi la lutte pour chaque poste de travail lors de fermetures d’entreprises et de licenciements est devenue une caractéristique exclusive du MLPD. Tous les partis bourgeois, y compris le Linkspartei [Parti de gauche], se croient seulement obligés de s’investir pour un plan social le plus favorable que possible, parce que tous s’accordent sur le fait que la lutte pour chaque poste de travail est « inutile ». Mais justement les travailleurs chez Opel de Bochum ont fait comprendre : La voie de la résistance jouit d’un large soutien dans le mouvement ouvrier et au sein de la population.

En même temps, le nouveau rôle sociétal du MLPD parmi les masses est dissimulé et entravé en raison des relations de pouvoir. On tente de nous isoler. Le MLPD continue pour l’essentiel à manquer de présence dans les médias bourgeois, tandis que des forces et partis de droite comme Pegida et l’AfD sont systématiquement montés en épingle. Pendant les deux années passées notre milieu, les relations avec les auto-organisatons des masses, avec les mouvements et initiatives organisés ainsi qu’avec des individus, s’est considérablement accru. En même temps le champ d’action du MLPD et sa force organisatrice sont encore trop faibles pour accomplir complètement, aujourd’hui déjà, son nouveau rôle sociétal. Il est d’autant plus important de renforcer le MLPD considérablement.

 Rote Fahne : Le Congrès a décidé une relève de génération à la tête du parti. Que faut-il entendre par là ?

 Stefan Engel : Déjà au début 2015 j’ai informé le Comité central que, pour des raisons de santé, je céderai ma fonction de président du parti après le X Congrès. Cela me répugne profondément d’exercer une fonction, sans pouvoir réellement l’accomplir complètement.

L’autre aspect est le fait que c’est vraiment le bon moment de céder la tête du parti à une génération plus jeune. Monika Gärtner-Engel et moi, nous sommes encore bien en mesure pour apporter notre soutien, en conseils et en actes, à cette génération plus jeune lorsqu’elle se familiarise avec cette grande responsabilité.

Ce processus de relève de génération, nous l’avons préparé à long terme et depuis des années nous accordons une importance particulière aux différentes mesures de formation. Bon nombre de candidats appropriés se sont formés qui ont les capacités, les expériences et sont surtout disposés à apprendre d’assumer la plus haute responsabilité.

La remise à temps à la génération plus jeune a déjà une tradition dans le MLPD. Moi-même, j’ai été élu, il y a 37 ans, comme directeur politique respectivement plus tard président du parti, tout en étant le plus jeune membre de la direction centrale de l’époque de la KABDe. Bien entendu que Willi Dickhut était plus avancé au niveau idéologico-politique et en ce qui concerne ses expériences, mais c’est en toute conscience de cause qu’il ne s’est pas fait élire au Comité central mais a concentré toute son attention à la formation et l’éducation de jeunes camarades. De cette manière, son décès en 1992 ne présentait pas une rupture pour le parti, et nous avons pu compenser sans plus grands problèmes la grande perte que présentait la mort de Willi Dickhut.

Rappelons seulement les expériences amères du mouvement international et aussi de l’histoire du mouvement ouvrier : combien de fois il y a eu des revers après que des personnalités dirigeantes expérimentées avaient quitté leurs fonctions, ou des partis révolutionnaires entiers se sont effondrés ou sont dégénérés de manière révisionniste, parce que des camarades aptes n’avaient pas été formés à temps pour la direction future.

Le premier plénum du nouveau Comité central a pris deux décisions : primo, j’ai été élu président du MLPD pour la dixième fois. Cependant, cette fonction n’est valable qu’à titre transitoire jusqu’au début avril 2017. La deuxième décision consistait à élire unanimement Gabi Gärtner nouvelle présidente du parti à partir d’avril 2017. Jusque-là, elle se familiarise comme ma suppléante et cédera ses autres tâches et fonctions, afin de pouvoir ensuite se concentrer complètement sur sa nouvelle tâche. Moi-même, je me concentrerai alors en tant que membre du Comité central sur la direction de l’organe théorique Voie révolutionnaire. Monika Gärtner-Engel qui serait certainement en mesure de me suivre dans la présidence du parti, soutient aussi tout à fait cette décision. Depuis juillet 2016, elle assume la tâche de coordinatrice principale de l’ICOR et à partir de maintenant elle est chargée de la direction du travail d’internationalisme du MLPD. De cette manière, la nouvelle présidente peut compter sur un soutien important, car avant ces responsabilités se sont concentrées toutes directement dans la fonction du président du parti.

Comme ouvrière révolutionnaire Gabi dispose d’une expérience de déjà 13 ans dans la direction du parti et a rendu de grands services surtout en tant que secrétaire d’organisation du parti. Elle a la tête lucide, une grande capacité et disposition à apprendre. Elle représente aussi, par toute sa personne, l’autorité nécessaire pour une telle fonction. Elle dispose d'un fort rayonnement en particulier sur les mouvements ouvrier, de femmes et de la jeunesse et elle a gagné une grande réputation, aussi au niveau international, par son travail dirigeant dans les brigades de Kobanê.

Le X Congrès a pleinement soutenu cette relève projetée de génération et l’ensemble du parti s’est engagé à contribuer à son succès par son autotransformation. La confiance que j’ai gagné au cours des 37 ans comme président dans le parti, parmi des amis du parti et dans le mouvement marxiste-léniniste international, était une base importante pour exercer cette fonction. Il est très important que tout le parti ne considère cette relève de génération d’un œil sceptique, mais manifeste la même confiance envers Gabi.

La relève de génération à la tête du parti et dans diverses fonctions au niveau central aura comme conséquence une restructuration dans l’encadrement d’au moins 50 pour cent de nos camarades. C’est une grande tâche que le parti ne peut mener au succès que collectivement.

Pour cette raison aussi, la campagne de critique et d’autocritique à l’occasion du Xee Congrès continuera encore quelque temps. Dans ce contexte, le nouveau Comité central a forgé la notion d’une offensive de qualification et de qualité. Cela veut dire que chacun travaille au plus haut niveau pour les nouvelles tâches et établit dans son travail le critère inébranlable qui dit que seulement ce que l’on fait de mieux est tout juste assez bien pour les ouvriers.

 Rote Fahne : La remise de la présidence du parti n’a pas l’air de déboucher dans une retraite bien méritée !

 Stefan Engel : Être marxiste-léniniste n’est tout de même pas un job que l’on abandonne tranquillement lors du départ en retraite – mais c’est une attitude révolutionnaire envers la vie. Il y a beaucoup à faire dans le processus de préparation de la révolution internationale qui progresse ; à l’avenir, je vais continuer à y apporter mes expériences théoriques et pratiques de longues années dans le mouvement ouvrier révolutionnaire.

Je vais me concentrer sur le travail théorique et la direction de la rédaction de Revolutionärer Weg [Voie révolutionnaire]. C’est d’une importance élémentaire que notre parti analyse de manière créative les nouvelles questions essentielles du point de vue marxiste-léniniste et continue à le développer. Ce faisant, l’élaboration du prochain numéro de notre organe théorique Voie révolutionnaire au sujet de « La crise de l’idéologie bourgeoise et l’enseignement du mode de pensée ».

La crise de l’idéologie bourgeoise conduit à ce que s’appliquent des variantes et méthodes toujours nouvelles de la manipulation de l’opinion publique. La construction du MLPD est l’histoire d’établir la supériorité du mode de pensée prolétarien dans la lutte contre le mode de pensée petit-bourgeois qui se nourrit essentiellement de l’idéologie bourgeoise. Cette lutte gagne considérablement en importance, pour cette raison il est primordial que nous nous attaquions avec détermination à ce nouveau numéro de notre organe théorique.

Parallèlement nous sommes en train de travailler aux « Considérations biographiques du MLPD sur le rôle de Staline ». Ce sera une polémique qui appréciera de façon critique l’œuvre de Staline et le travail qu’il a fait pendant sa vie. Il est temps de fournir plus de matériel aux masses pour venir à bout de l’effet corrosif de la diffamation des soi-disant « stalinisme » et « maoïsme ».

Bien entendu que je vais apporter mon soutien, en conseils et en actes, à la nouvelle présidence, si cela est nécessaire. Cependant, il ne faut pas le comprendre comme une sorte de coaching ou comme si je tirerais les ficelles dans l’arrière-plan et j’agirais comme éminence grise. Chez nous, une direction de parti élue est vraiment la direction. Elle aura tout le soutien pour cela, mais assumera aussi la pleine responsabilité.

Avec le Xe Congrès, quelques membres des organes centraux ont quitté leurs fonctions pour des raisons d’âge et de santé. Ils appartiennent à la première génération de la construction du parti et je voudrais ici leur remercier de tout cœur de leur œuvre de vie ! Ils vont tous continuer à apporter leur contribution de manière appropriée.

Avec la relève de génération à la tête du parti se termine en quelque sorte aussi une ère. Il faut bien s’en rendre compte !

La génération qui suit maintenant à la tête de la direction du parti est déjà le produit de notre construction de parti après sa fondation et n’a pas vécu personnellement l’époque compliquée de la construction de parti dans les années 1970. Elle est marquée par la lutte pour le parti des masses et a déjà fait ses preuves dans les plus divers secteurs de la construction de parti, de la lutte de classe et de la préparation de la révolution internationale.

La relève de génération à la tête de la direction de notre parti a lieu en plein milieu de la situation sociale particulière que nous venons d’expliquer. C’est une responsabilité particulière qui en résulte, non seulement le devoir de continuer le travail au niveau atteint – mais il y aura aussi de nouvelles exigences et possibilités considérables dans la lutte de classe qu’il faut aborder et auxquelles il faut répondre courageusement et avec compétence.

 Rote Fahne : Quelle est la particularité de cette relève de génération ?

 Gabi Gärtner : Ce qui est particulier, c’est toute la manière dont la discussion et la prise de décisions s’est déroulée – car nous avons toute une série de camarades, femmes et hommes, vraiment très appropriés. Le congrès et le plénum du CC qui suivit ont discuté de manière solidaire, sans excitation et sans comportement de concurrence, strictement factuelle et ensuite décidé unanimement. Dans chaque parti bourgeois ou petit-bourgeois, une telle situation conduirait à un bourbier de spéculations, luttes pour le pouvoir, discordes et intrigues. Dans le MLPD par contre, il s’agit de la cause ; comment nous assumons le mieux notre travail comme parti ouvrier révolutionnaire – et comment nous trouvons et formons à cette fin en commun les meilleur(e)s représentant(e)s. Ici, je tiens à dire merci de tout mon cœur de la confiance dont ont fait preuve à mon égard le congrès et le Comité central. C’est naturellement lié à de grandes attentes que je ne voudrais pas décevoir.

 Rote Fahne : Que fera la nouvelle présidente du parti différemment que jusqu’à présent ?

 Gabi Gärtner : Tout d’abord, il s’agit de réaliser et façonner de ma propre manière le style de direction « typique pour le MLPD » ! La direction actuelle et la base du parti nous ont légué un « héritage » excellent : un parti stable, des expériences les plus diverses, l’ancrage parmi les masses, une ligne idéologico-politique excellente et un appareil de parti qui fonctionne. Mais – aussi des exigences très élevées ! Ce travail marqué par Stefan Engel au cours des 37 dernières années et depuis 20 ans ensemble avec Monika Gärtner-Engel, comprend nombre de caractéristiques importantes que le Xe Congrès a établi comme lignes directrices irrévocables aussi pour la future direction :

 

  • Le moral de combat inébranlable et une position de classe prolétarienne vigoureuse.

  • Le travail conceptuel et théorique pour qualifier à temps de nouveaux phénomènes et changements essentiels dans le monde et déterminer la stratégie et la tactique du parti.

  • La disposition et la capacité de faire valoir un collectif, d’apprendre de tous à rester ferme dans les principes et en même temps ouvert face au nouveau.

  • Le niveau le plus élevé dans l’application consciente de la méthode dialectique au niveau de l’enseignement du mode de pensée et de la pensée systémique, pour éviter des erreurs et atteindre une grande pertinence idéologico-politique.

  • Le travail d’encadrement différencié, de principe et en même temps sensible.

  • La confiance profonde dans le parti et les masses, les relations étroites avec la base du parti et les ouvriers.

  • L’audace nécessaire, la circonspection ainsi que la détermination dans la lutte de classe.

  • La critique et l’autocritique dialectique, l’ambiance ouverte et combative des « mots clairs » - toujours en unité avec la confiance et la solidarité.

  • L’empreinte d’un style prolétarien – contre les caprices de fonctionnaire et sur un pied d’égalité dans la collaboration.

  • Le travail scientifique avec la productivité du travail la plus élevée.

 

Tandis que pour moi et les autres camarades qui succèdent la formation pour ces caractéristiques est prioritaire, il s’agit aussi évidemment de développer notre propre style dans la direction. On ne peut et ne doit pas vouloir copier la personnalité de leader de Stefan Engel. Le nouveau se réfère surtout à maîtriser les nouvelles tâches et exigences de façon autonome, en nous appuyant sur tout le parti – et certainement nous obtiendrons aussi le conseil des camarades expérimentés. Il faut que nous trouvions les réponses correctes aux défis que nous adresseront la construction de parti, la lutte de classe et la préparation de la révolution internationale.

 Rote Fahne : Depuis le 1er juillet 2016, Monika Gärtner-Engel assume la tâche de coordinatrice principale de l'ICOR. Est-ce que cette relève s'est passé sans problèmes – et qu'est-ce que l'ICOR se propose de faire ?

 Stefan Engel : La relève s'est passée de façon très consensuelle, en douceur et presque naturellement. Cela est certainement aussi dû au fait que l'ICOR a déjà acquis une empreinte solide et qu'elle a accepté la nouvelle coordinatrice principale avec confiance. Grâce au sentiment d'appartenance accru et à l'appréciation envers le MLPD, la collaboration se développe de manière très solidaire et efficace.

Dans la situation mondiale actuelle, l'ICOR revêt une grande importance. Il y a, comme l'a montré dernièrement l'élection de Trump, un revirement à droite de nombreux gouvernements. Pour que les masses puissent en tirer des conclusions propulseurs, l'ICOR va jouer un rôle décisif : au lieu d'un retour vers le nationalisme – en avant vers la libération internationale du diktat du capital financier dominant sans partage au plan international ! Le développement le plus important de l'ICOR sera la coopération et la coordination réellement pratiques des luttes et des révolutionnaires surtout au plan continental et régional. Par le pacte de solidarité avec la lutte de libération kurde, l'ICOR a tracé la voie à savoir comment cela peut se passer. Ce qui, ici, fut encore une particularité – faire ses preuves dans un foyer de la politique mondiale, rayonnant loin – deviendra bien collectif.

Entre-temps, il y a une croissance énorme des potentiels. Actuellement, de l'Afrique, une organisation de la Côte d'Ivoire vient de présenter une demande d’affiliation à l'ICOR. Déjà maintenant, des signes annoncent que l'objectif décidé par l'ICOR Afrique à vouloir doubler le nombre d'organisations de l'ICOR en Afrique jusqu'à la prochaine conférence continentale, ne sera pas d'illusion.

Une tâche importante à venir sera la lutte pour la paix mondiale : Dans les guerres de procuration actuelles en Ukraine ou en Syrie, il est difficile pour les masses d’identifier et de lutter contre l'adversaire. Lors de la guerre en Irak, cela était plus facile avec les États-Unis comme principal adversaire haï partout. Les révisionnistes jouent un rôle odieux aujourd'hui : En défendant Poutine ou Assad, ils parfont la confusion, et ils paralysent le mouvement de la paix par un embrouillement correspondant. Ici aussi, l'ICOR peut et doit, avec ses connaissances uniques et ses liens avec les masses dans les pays respectifs, donner une orientation nette, et coordonner et révolutionner la lutte contre la menace d'une troisième guerre mondiale.

Dans ces luttes, l'ICOR va accorder une grande importance en 2017 à l'ancrage du socialisme comme alternative sociétale. Le centenaire de la Révolution d'octobre est très approprié pour implanter les différentes expériences, les principes et l'effet révolutionnaire de cette première grande victoire de la révolution prolétarienne. Dans ce but, l'ICOR réalisera une campagne internationale. Heureusement, celle-ci est aussi soutenue par des partis qui ne sont pas membres de l'ICOR. Ainsi auront lieu, du 27 au 29 octobre 2017, un séminaire théorique international sous le titre : « Les renseignements de la Révolution d'octobre », et, le 28 octobre, une grande manifestation culturelle internationale. D'autres partis de l'ICOR prennent également les devants les plus variés : Les camarades russes nous invitent tous à organiser une manifestation internationale à Saint-Pétersbourg ! Au Népal, le NCP (Mashal) organisera à cette occasion un Congrès, et il veut gagner 200 000 nouveaux membres. En Tunisie aura lieu un séminaire régional pour le centenaire de la Révolution d'octobre, et en Amérique Latine sera éditée une publication commune. Nous n'allons donc pas du tout commémorer la Révolution d'octobre de manière nostalgique et dogmatique ; bien au contraire, les festivités s’interpénétreront le plus étroitement avec la conduite de luttes de classe aujourd'hui, avec l'ancrage du socialisme et la préparation de la révolution socialiste internationale.

 Rote Fahne : Quelles sont les tâches les plus importantes dans un avenir proche ?

 Gabi Gärtner : Nous allons continuer encore un certain temps la campagne critique et auto-critique. Sa tâche consiste à allier l'assimilation critique et autocritique des résultats du Xe Congrès avec leur application créatrice dans la pratique.

Ce faisant, la tâche centrale c'est notre offensive tactique pour le véritable socialisme dans le cadre de l’alliance internationaliste contre le virement à droite du gouvernement et des partis bourgeois. La construction de ce mouvement avec sa forme d'organisation concrète de la Liste Internationaliste / MLPD et la construction d'initiatives électorales comme forme d'organisation de l'alliance dans les localités doit être entamée maintenant par toutes les unités et directions du parti de façon conséquente. D'abord, la participation de la Liste Internationaliste/MLPD aux élections au landtag en NRW en mai 2017 est à l'ordre du jour – comme « warm-up » pour la campagne visantles élections au Bundestagen 2017. En Rhénanie-du-Nord-Westphalie s'interpénètrent des foyers importants dans la lutte de classe : la lutte contre les fermetures de mines et contre les déchets toxiques entreposés dans les mines, la lutte contre la suppression d'emplois dans la sidérurgie, les confrontations concernant la politique scolaire et envers les réfugiés, etc. Ces élections au Landtag constitueront bien une importante décision préliminaire à l'égard des élections au Bundestag ; pour cette raison il est absolument nécessaire que la Liste Internationaliste / MLPD se présente dès le début comme alternative sociétale.

La relève de génération à la tête du parti entraînera de grands changements au sein du parti entier. Nous avons besoin de nombreuses forces nouvelles qui assument une responsabilité nouvelle ou supérieure, à tous les niveaux du parti et dans les tâches les plus différentes.

Surtout pour nos cellules d'entreprise dans les grandes entreprises industrielles il est important d'assimiler le Congrès de manière approfondie et que cela mène à une véritable auto-transformation dans le travail. Le Xe Congrès a traité de façon très approfondie les nouvelles exigences pour le déclenchement et la direction de luttes ouvrières, conformément aux nouvelles exigences à la conscience de classe de la classe ouvrière. Sans ce processus d'auto-transformation nous n'allons pouvoir ni défendre ni élargir notre influence dans les grandes entreprises industrielles. Pour cette raison, il est d'une importance fondamentale pour l'ensemble du travail du parti.

Dans le travail marxiste-léniniste auprès de la jeunesse comme tactique de masse de la construction de parti nous avons effectué des progrès. Cependant, cela n'est pas du tout déjà imposé durablement comme bien collectif et au sein du parti entier. Dans ce contexte, un changement décisif quant à notre travail à l'égard des universités et écoles supérieures est aussi important. 52 pour cent des jeunes font aujourd'hui des études supérieures.

À l'avenir, nous allons concentrer 10 pour cent de nous groupes sur le travail à l'égard des universités et écoles supérieures ; nous envisageons que chaque organisation à l'échelon du district avec une telle université construira une cellule universitaire du MLPD et aussi de Rebell jusqu'au XIe Congrès. Désormais, la politique à l'égard des universités et écoles supérieures doit être dirigée par nos directions au niveau des Länder et s'interpénétrer le plus étroitement avec l'ensemble du travail auprès de la jeunesse.

En général il faut – tout en élargissant nos activités – renforcer le travail de type nouveau à la ligne principale de combat. Dorénavant, nous voulons utiliser 40 pour cent des forces et ressources pour cela. Cela avait été évincé en partie, dû à beaucoup de nouvelles tâches. Nous allons concentrer 35 pour cent des forces sur le travail de quartier et 15 pour cent sur le travail environnemental.

Nous sommes mécontents d'une certaine pauvreté en arguments dans notre agitation et propagande et dans Rote Fahne. Nous devons plutôt travailler sans cesse pour trouver de nouveaux arguments convaincants, et chacun est invité d'y contribuer. La réalité en est pleine !

Nous allons également tenir davantage compte du changement d'habitudes de lecture et d'information des masses et utiliser plus l'Internet, les réseaux sociaux etc., tout en respectant les aspects de sécurité. Il nous est très important d'élargir le travail de formation et d'éducation à la base du parti et parmi les masses. Certainement, la publication de notre programme de parti remanié et sa discussion dans des cercles d'étude publics en sera certainement une méthode principale. Nous sommes déjà en train de travailler sur un commentaire de programme – comme matériel de base important de ce travail de formation et d’éducation.

En outre, nous allons développer en avant le travail dans des domaines nouveaux comme le travail prolétarien envers les réfugiés et le travail social marxiste-léniniste. Le travail marxiste-léniniste auprès des femmes doit aussi être renforcé au plan organisationnel, et la deuxième importante ligne principale de lutte, le travail environnemental, doit être inscrite à l'ordre du jour dans le système du travail quotidien. Pas en dernier, nous allons poursuivre notre politique financière prolétarienne de manière systématique ; par notre campagne d'appel aux dons, nous envisageons de collecter 750 000 euros. Dix pour cent en seront pour l'ICOR.

 Rote Fahne : Comment sont assimilés et appliqués dans la pratique les résultats du Xe Congrès ?

 Stefan Engel : Le développement de la conscience de classe va de pair avec la croissance du besoin de s'organiser, du besoin de prise de conscience et de clarté. Le MLPD est en mesure de donner des réponses révolutionnaires convaincantes aux questions de l'époque, grâce à son Xe Congrès. Il importe que nos membres prennent le temps de s'en occuper minutieusement.

Prochainement paraîtra le programme de parti remanié que nous voulons distribuer à des dizaines de milliers parmi les masses.

C'est un bon moment pour gagner de nouveaux alliés pour le MLPD et Rebell ; cela doit déjà avoir lieu au début de l'offensive ! L'objectif de dix pour cent de nouveaux membres jusqu'à la fin de l'année est important afin de pouvoir mener cette offensive sur toute la ligne. Ce faisant, nous n'allons embobiner personne mais nous allons persuader réellement les gens de manière compétente. De premières expériences montrent : Il est plus que temps pour faire un grand pas en avant dans le recrutement de membres ! L'affiliation au MLPD est évidemment liée à un grand changement et enrichissement aussi dans la vie personnelle qu'il faut accomplir de tout son cœur. Le MLPD est l'organisation de l'activité pratique des révolutionnaires, où en particulier les ouvriers avec leur différentes compétences peuvent s'engager au mieux.

 Merci beaucoup de cette interview !

 

Télécharger en PDF

 

1 Résultat électoral provisoire, situation 15-11-2016, Landeszentrale für politische Bildung Bade-Wurtemberg

2 www.internationalistische-liste.de

3 On contraint les réfugiés à résider dans un endroit déterminé

e KABD = Union des ouvriers communistes d’Allemagne

Actions sur le document