Vous êtes ici : Accueil / 2017 / Maroc manifestation et échauffourées dans une ville du nord

Maroc manifestation et échauffourées dans une ville du nord

MMLPL Moroccan Marxist-Leninist Proletarian Line (Ligne prolétarienne marxiste-léniniste marocaine), 07/02/2017

 

Des échauffourées ont opposé dimanche 4 février à Al-Hoceima, Boukidan, Imzourne, Beni Bouayache … etc dans le nord du Maroc, manifestants et forces de l'ordre, faisant des blessés et des détentions policières parmi les jeunes Rifains rebelles. La ville d'Al-Hoceïma avait connu en 2016 une vague de manifestations populaires après la mort d'un vendeur de poisson, Mouhcine Fikri, broyé dans une benne à ordures le 28 octobre. Et depuis ce temps-là, les masses se manifeste presque chaque mois pour réclamé justice au martyre Mouhcine Fikri et la fin de la marginalisation de la zone montagneuse de Rif Cette zone de Rif était toujours un berceau des résistances contre le sultanat du Maroc d’avant le protectorat français, puis contre les colonisateurs français, espagnole et leurs allier réactionnaire du Maroc durant le protectorat, ainsi le héros du Rif Abdelkerime El Khatabi a proclamé en 1921 une république Rifain entre 1921 ce qui a emmener ces forces colonisateurs a entamé une guerre contre les rifains qui ont résister pendant 6 ans de 1921 à 1926, malgré que les colonisateurs ont utilisé des armes interdites par des accords mondiale ce qui a mené à des génocides et de graves déformations et maladie grave tel que le cancer. Après l’indépendances, les masses de la zone montagneuse du Rif ont manifester leurs refus de l’accord de cette indépendance en l’accusant d’établissement d’une nouvelle forme de dépendance néocoloniale. Ainsi le roi du Maroc a ordonné la militarisation de cette zone et l’écrasement de la rébellion Rifaine durant toute l’année de 1958. Cette opération a couté la vie de milliers de Rifain. Depuis, La monarchie marocaine a sanctionné les Rifains à cause de leurs rebellions par la privation de cette zone de toute développement et service publiques tel que les écoles et les hôpitaux. La majorité des Rifains ont immigré dans des pays européens pour subvenir au besoin de leurs familles délaissées dans ces montagnes. Le 5 février de chaque année les Rifains essayent de célébrer la résistance Rifains durant les année 1921-1926, mais ils se confrontent toujours à une répression féroce. Cette année, les masses Rifains voulait se manifester le dimanche 04 février en solidarité avec le martyre Mouhcine Fikri et célébrer en même temps la guerre du Rif, mais les forces marocaines de répression ont interdit par la force l’organisation de cette manifestation, en prenant en détention depuis le samedi 3 février tous les activistes Rifains, mais des confrontations violentes ont déclenché depuis la ville de Boukidan puis dans d’autres villes tel que Imzourne, Beni Bouayache, Al Houceima ... etc. Les masses dans d’autres villes ont exprimé leurs solidarités avec les masses du Rif par des sit-in dans des espaces publiques. Les autorités Marocain ont vite compris que cette solidarité populaire croissants est contre ces attitudes, alors, le ministre de l’Intérieur et le directeur de la sureté nationale ont précipité vers les lieux pour ouvrir un dialogue et promettre des actions positives pour les masses du Rif, mais, en menaçant de réprimé toute manifestation.

Actions sur le document