Vous êtes ici : Accueil / 2017 / Sur la formation et le développement des pays néo-impérialiste

Sur la formation et le développement des pays néo-impérialiste

par MLPD, 22 juillet 2017

Pour la discussion à l'occasion du centenaire de la révolution russe d'Ooctobre, le MLPD  présente au mouvement ouvrier internationale révolutionnaire international son dernier supplément bleu « Sur la formation et le développement des pays néo-impérialistes », récemment sorti.  Il sera publié prochainement comme supplément bleu dans le Rote Fahne (magazine du MLPD) et après comme brochure et se traduit actuellement.


Préface

L’analyse de la formation et du développement d’une série de pays néo-impérialistes s’est avérée nécessaire, car ce nouveau phénomène remet dramatiquement en question la structure du système impérialiste mondial, telle qu’elle a existé jusqu’à présent.

Sur le fondement solide de l’analyse de l’impérialisme, partant de Lénine, le MLPD a analysé de façon fondamentale et concrète les nouveaux phénomènes et changements essentiels à l’aide de la méthode dialectico-matérialiste depuis 1969 : le capitalisme monopoliste d’État en RFA, la restauration du capitalisme en Union soviétique et en Chine, la naissance du néocolonialisme, la nouvelle organisation de la production internationale et le développement de la crise environnementale. Le « supplément bleu », ici présenté, se fonde sur cette ligne idéologico-politique, élaborée dans des documents programmatiques et le système de son organe théorique Revolutionärer Weg [Voie révolutionnaire] et la perfectionne.

En 2011, le livre « L’Aube de la révolution socialiste internationale » avança la thèse de la formation et du développement de pays néo-impérialistes pour la première fois. L’analyse présente fournit la preuve scientifique de cette thèse bien fondée.

Cette analyse contribue à promouvoir parmi la masse des ouvriers, femmes et jeunes un débat qui fait prendre conscience. En outre, elle constitue une prise de position du MLPD face au mouvement révolutionnaire et ouvrier international destinée au débat à l’occasion du centenaire de la révolution d’Octobre en Russie.

Juillet 2017, Stefan Engel

 

Introduction

Le monde est saisi par de grands troubles, de conflits dramatiques, de luttes de masse menées avec acharnement et de retournements d'événements imprévus. Beaucoup de personnes sont gravement préoccupées de l’avenir : des inquiétudes au sujet du président américain Donald Trump, de l’établissement d’une dictature fasciste en Turquie, de la guerre en Syrie qui n’en finit pas, du conflit militaire en Ukraine, des provocations des États-Unis et de la Chine en mer de Chine méridionale ou de l’aggravation dramatique des contradictions concernant la péninsule coréenne. Dans ce cas, les États-Unis et la Corée du Nord menacent ouvertement d’une guerre nucléaire. Et de l’inquiétude, parce que les monopoles internationaux font avancer la destruction de l’unité de l’homme et de la nature délibérément et de façon irresponsable, afin d’engranger un maximum de bénéfices.

Sous la pression de la crise de leur politique bourgeoise à l’égard des réfugiés depuis 2015, de plus en plus de gouvernements en Europe accomplirent et accomplissent un net virage à droite. Aussi le gouvernement Merkel/Gabriel en Allemagne qui le justifie avec la présumée « lutte contre le terrorisme ». Sur cette base, des mouvements et partis ouvertement réactionnaires, racistes, nationalistes jusqu’à fascisants se renforcèrent et se renforcent partout – comme jamais depuis la Seconde Guerre mondiale.

En même temps, nous vivons le début d’un revirement progressiste de l’état d’esprit parmi la classe ouvrière et les larges masses. Ce mouvement dépasse aujourd’hui déjà et de loin les protestations des années 1970 contre la guerre au Vietnam, aussi bien en ce qui concerne sa dimension, sa diversité que son contenu. Un nouveau mouvement de jeunes transnational, ayant un regard critique sur la société, saisit des centaines de milliers. Il annonce un nouvel essor du mouvement révolutionnaire et ouvrier international. D’où vient tout cela ? Et comment faut-il le juger ?

Les raisons principales de changements et bouleversements profonds ne se trouvent point dans les têtes ou les programmes des politiciens en place ou dans l’émergence de nouvelles idées ou philosophies, c’est ainsi que le prouve le matérialisme dialectique et historique. Leur fondement matériel se trouve plutôt dans la base économique de la société, dans le développement contradictoire du mode de production. Dans ce contexte, l’apparition d’une série de pays néo-impérialistes est  une question clé aujourd’hui. Il s’agit de comprendre ce fait ainsi que ses causes et effets plusprofonds. Sinon il est impossible de comprendre les changements actuels de la situation mondiale et d’en tirer les conclusions exactes pour la lutte de classe et l’avenir de l’humanité.

Dans son analyse, le Parti marxiste-léniniste d’Allemagne (MLPD) qualifie surtout un groupe de 14 pays de néo-impérialistes ; ils sont de différente taille, d’un niveau de développement différent et se distinguent par leur structure et histoire socio-économiques : les États BRICS – le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud ; les États MIST – le Mexique, l’Indonésie, La Corée du Sud et la Turquie ainsi que l’Argentine, l’Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis et l’Iran. Ces pays ont développé leur caractère néo-impérialiste dans une période et un contexte précis avec les évolutions sociales de date récente. 3,7 milliards de personnes vivent dans ces 14 pays, plus de la moitié de la population mondiale. Le processus de la formation de pays néo-impérialistes se profile déjà dans une série d'autres pays. Mais cela est négligeable pour cette analyse-ci.

Actions sur le document