Vous êtes ici : Accueil / 2018 / Le succès du projet « assurer la victoire » est lié essentiellement à ce que COMMENT nous travaillons !

Le succès du projet « assurer la victoire » est lié essentiellement à ce que COMMENT nous travaillons !

MLPD (Parti marxiste-léniniste d'Allemagne), Interview de Rote Fahne avec Gabi Fechtner (29 décembre 2017)


Peu avant la fin de l'année, nous avons encore eu l'occasion de parler avec Gabi Fechtner. La présidente du MLPD informe sur certains résultats de la dernière réunion du Comité Central (CC)

 

Quelle est l'opinion du Comité Central du MLPD sur le contexte de la crise politique ouverte actuelle en Allemagne ?

Même trois mois après les élections, aucun nouveau gouvernement n'a pu être formé. Ceci est sans précédant dans l'histoire d'après-guerre de l'Allemagne ! Dans ce processus, le système du mode de pensée petit-bourgeois comme méthode de gouvernement est temporairement également tombé en crise ouverte. Et ceci en dépit du fait que les forces déterminantes parmi les dirigeants s'y tiennent. Cependant, de nouvelles tentatives pour parvenir à une situation stable échouent constamment. Ceci est lié à des contradictions croissantes dans et entre les partis bourgeois.

Le contexte décisif de ce développement : La concurrence inter-impérialiste s'intensifie. Les « anciens » et les nouveaux pays impérialistes se disputent agressivement les sphères d'influence et le leadership sur le marché mondial. Cela se caractérise par le développement économique nettement inégal des différents pays et des supermonopoles internationaux. Dans sa nouvelle « Stratégie de sécurité » le président américain Trump a déclaré officiellement que la Chine et la Russie étaient des rivales stratégiques. Et il parle d'une « nouvelle ère de la concurrence ». Ceci se traduit par une course aux armements massive. À eux seuls, les États-Unis portent leur budget de « défense » à 700 milliards de dollars américains (environ 586 milliards d'euros)1. La fondation de la PESCO2,l'union militaire de l'Union Européenne (UE), représente un nouveau niveau du processus d'unification de ce bloc impérialiste. PESCO est explicitement justifiée par une plus grande indépendance et le positionnement contre l'impérialisme américain. Les 23 États membres s'engagent à augmenter leurs dépenses d'armement chaque année. Par la stratégie offensive pour l'expansion d'une « nouvelle route de la soie », la Chine néo-impérialiste s'attaque à remplacer les États-Unis en tant que première puissance économique mondiale. L'objectif est de développer les liaisons de transport et les liens économiques entre l'Asie et l'Europe. Le but est d'exercer d'abord une influence sur les anciennes territoires d'autres impérialistes, puis de les conquérir. À cette fin, la Chine a entamé une coopération avec de nombreux pays d'Europe de l'Est. Ce faisant, les dirigeants chinois profitent également des contradictions du groupe Visegrád3,dirigé par la Hongrie, avec les États impérialistes dirigeants dans l'UE.

Par l'augmentation nette de fusions et d'achats transfrontaliers de (super-)monopoles internationaux, les impérialistes tentent d'assurer et de développer des positions dominantes économiques et politiques – comme en Allemagne Opel/PSA, Air Berlin/Lufthansa,ThyssenKrupp/Tata. Dans cette situation, les groupes monopolistiques en Allemagne Fédérale font pression pour un gouvernement stable, de préférence avec Merkel en tête. Après l'échec de « Jamaïque4 » ils favorisent une version nouvelle de la Grande Coalition. Aussi, pour assurer l'influence sur la classe ouvrière à l'aide du SPD. Dans une lettre ouverte, Joe Kaeser, PDG de Siemens, a crûment averti le SPD et Martin Schulz à apporter leur contribution afin de rendre l'impérialisme allemand apte à la concurrence internationale. Sinon, d'autres riraient en dernier, « ... surtout la Chine et l'Inde »5. Pour cette situation l'impérialisme allemand veut s'émettre en batterie. Les partis monopolistes dans leur ensemble ne s'y opposent pas fondamentalement. Après tout, le gouvernement intérimaire de la CDU/CSU et du SPD continue à diriger les affaires du gouvernement tout le temps, comme une évidence et dans ce sens.

Cependant, pour diverses raisons, cette tâche se heurte à la base de masse respective des partis gouvernementaux potentiels. Le SPD est presque déchiré par sa tentative d'arrêter la diminution de sa base de masse et d'imposer en même temps le renforcement du revirement à droite. Angela Merkel a déjà signalé une ligne dure contre la mise en œuvre des promesses « sociales » du SPD dans un gouvernement de coalition. La CSU insiste sur ses positions réactionnaires fondamentales compte tenu des élections au Landtag en Bavière à l'automne 2018. Ce faisant, cela constitue une farce si le SPD se présente comme « l'aile gauche » d'un tel gouvernement. Depuis plus de 100 ans, il s'affaire comme servante complaisante pour la mise en œuvre des intérêts des monopoles.

De la part d'un nouveau gouvernement, on peut s'attendre à une progression du revirement à droite et à une politique réactionnaire accrue à l'intérieur et à l'extérieur. Cela inclut, en contrepartie de la campagne de l'« extrémisme de gauche », le fait que l'élément néofasciste est admis de façon renforcée. Depuis les élections, l'AfD6 vire encore davantage à droite – elle est le précurseur du fascisme. De plus, elle joue un rôle central dans le cadre de la fascisation de l'appareil d'État. Non seulement sur le plan de la propagande, mais aussi sous forme d'interpénétration personnelle avec la police et l'appareil d'État restant. Bien sûr, elle ne représente qu'une partie de la bourgeoisie allemande. Cependant, dans sa stratégie de campagne électorale pour les élections au Bundestag, la CDU avait délibérément décidé de ne pas attaquer l'AfD, mais de prendre les devants contre la gauche7. C'est à nous de préciser aussi le rôle de l'AfD au nombre considérable des électeurs de l'AfD qui ont voté subjectivement en faveur d'un signe apparemment de protestation.

Des menaces de mort – comme celles contre Monika Gärtner-Engel – représentent un point culminant des attaques fascistes précédentes contre le MLPD. Divers médias s'efforcent de justifier idéologiquement la tentative de criminaliser le MLPD par des dénigrements anticommunistes. Nous vivons également un renforcement des répressions étatiques et des attaques anticommunistes contre les forces de l'Alliance8. Contre cela, il importe également de cibler la vigilance et la solidarité dans les mois à venir. On sent l'inquiétude des dirigeants face à l'augmentation des luttes ouvrières et au renforcement des forces révolutionnaires. C'est la raison pour laquelle la classe ouvrière et le mouvement rebelle des jeunes sont, pour ainsi dire, également assis à la table de sondage.

 

Comment est-ce que tu juges les luttes ouvrières croissantes ces derniers mois ?

Le MLPD a prévu correctement : Après les élections, il y aura des attaques aggravées contre les personnels – et ces ouvriers s'attacheront à lutter. Beaucoup d'entre eux sont entrés dans la lutte pour chaque emploi avec confiance, comme chez ThyssenKrupp, Siemens, Bombardier ou Air Berlin. Les luttes actuelles sont pour la plupart dirigées par les syndicats, mais elles résultent souvent de la pression de la base dans les entreprises et les syndicats. En novembre/décembre, des dizaines de milliers de personnes ont participé à des grèves d'avertissement dans le cadre de conventions collectives ; 8 000 lors de la journée d'action des Métallos, en liaison avec des grèves à Andernach ; des centaines d'ouvriers, femmes et hommes, ont participé à des actions indépendantes dans les usines de VW. Dans ces luttes, les éléments indépendants se multiplient. Le MLPD, avec ses décennies d'influence et son travail quotidien, participe activement à des luttes importantes.

De nouvelles caractéristiques commencent à prendre forme dans l'évolution de la conscience de classe : La conscience syndicale se développe sur un large front. Dans diverses négociations collectives, la volonté de grève augmente, et la revendication de transformer les syndicats en organisations de lutte se répand. Les ouvriers viennent mieux à bout de l'influence du mode de pensée petit-bourgeois social-chauvin. Par leurs luttes, ils expriment qu'ils ne sont pas disposés à sacrifier leurs intérêts de classe pour l'expansion du pouvoir des supermonopoles allemands. De plus en plus, il y a des luttes qui se dirigent aussi contre les manœuvres de division – comme celle entre les travailleurs intérimaires et les « permanents », ou celle entre Est et Ouest. Dans ce cadre, la lutte aux sites différents de VW pour l'embauche des ouvriers et ouvrières intérimaires est remarquable, car dans le groupe VW, la politique de la collaboration de classe particulièrement marquée depuis des décennies. De plus en plus, les ouvriers rejettent aussi les attaques anticommunistes et ne se laissent pas faire dicter le rythme, par exemple lors des élections des comités d'entreprise. Toutefois, cela présuppose que nos cellules d'entreprise doivent mener cette lutte pour le mode de pensée de manière offensive et en masse.

Objectivement, la lutte pour l'alignement des salaires dans l'Allemagne de l'Est sur ceux de l'Ouest est un mouvement politique. Après tout, tous les gouvernements des dernières décennies ont rompu leurs promesses d'aligner les salaires, les retraites et les horaires de travail. Dans cette confrontation, il va de soi que la lutte pour le mode de pensée se déploie au sein du mouvement ouvrier. Ainsi, le SPD tente de regagner plus d'influence et alimente des illusions au sein de la classe ouvrière. Actuellement, Sigmar Gabriel se plaint démagogiquement que le SPD soit« assimilé à un postmodernisme non identifiable ». Il soutient que le SPD doit à nouveau se concentrer davantage sur l'emploi – au lieu de la protection de l'environnement et du climat9.

Mais, de façon tout à fait « postmoderniste », le SPD a depuis longtemps déjà renoncé à la classe ouvrière10, et il a également piétiné les intérêts de l'environnement naturel. Dans cette situation, le MLPD doit affirmer avec confiance sa prétention en tant que LE parti ouvrier révolutionnaire et surtout renforcer davantage ses cellules d'entreprise dans l'organisation et la consolidation de son nouveau rôle sociétal. Dans ce contexte, nous allons déployer des initiatives particulières en Allemagne de l'Est.

 

L'année 2017 a été riche en événements pour le MLPD, comment allons-nous procéder en 2018 ?

Avec « l' offensive tactique pour le véritable socialisme et contre l'anticommunisme moderne » en 2017, tous ceux qui cherchent une alternative sociale devraient nous trouver. Ceci a tapé dans le mille en raison du revirement de tendance progressiste déclenché parmi les larges masses en tant que facteur déterminant dans la polarisation sociale. Maintenant, il s'agit « d'assurer la victoire ». En matière de stratégie et de tactique, cette tâche est synonyme de consolidation des forces à long terme et d'assurer ainsi durablement les succès gagnés de haute lutte. Nous voulons donc forger des liens organisés avec tous ceux qui nous ont trouvés et nous trouveront encore, qui sont ouverts au socialisme et qui ont été actifs de façon progressiste ces derniers mois et ces dernières années. Nous avons obtenu les premiers succès à cet égard. Le MLPD a réussi à se renforcer de huit pour cent, et notre association de jeunes Rebell a même réussi à se renforcer de 50 pour cent. Mais – les deux peuvent encore être développés. À cette fin, en 2018, le parti doit apprendre encore mieux à mettre en œuvre la méthode scientifique du travail marxiste-léniniste d'organisation et d'encadrement de type nouveau.

 

Qu'est-ce que cela signifie ?

Il s'agit de ne pas réaliser les tâches n'importe comment. Nous devons travailler d'une manière qui consolide les forces, implique de nouvelles personnes et les former en vue de leur autolibération. Il est donc essentiel de savoir COMMENT nous travaillons. Le cœur en est le travail d'encadrement de type nouveau. Au cours des dernières années, le MLPD a conquis de nouveaux domaines importants de son travail quotidien. Cependant, dans une certaine mesure, cela a eu tendance à être abordé d'une manière actionniste. Dans ce cas, les forces deviennent très tendues – souvent sans pour autant gagner de nouvelles forces de manière appropriée. De tels phénomènes sont également dus au fait que les normes petites-bourgeoises – par exemple petites-bourgeoises parlementaires – sont appliquées aux travaux.

Pour nous compte chaque individu que nous avons pu persuader à nous mandater; tous ceux qui sont devenus actifs d'une manière progressiste ou d'une autre. Et notre échelle n'est pas la tabulation des résultats11. Bien sûr l'être humain dans son ensemble est au centre de notre travail. Cependant, si ces gens qui sont devenus actifs sont parfois même dénommés « aides », cela nuit à la coopération sur un pied d'égalité. Ainsi on déprécie leur décision de s'engager et aussi leurs facultés. C'est aussi et surtout dans les activités auprès de la jeunesse que le travail d'encadrement est la clé de voûte. Ce travail sera décisif pour constater si nous parvenons à consolider le nombre de nouveaux jeunes, mais aussi les jeunes au sein du parti. S'ils seront capables de résoudre les questions compliquées de l'époque avec l'aide du marxisme-léninisme et de s'orienter indépendamment. Ce travail d'encadrement est aussi le cœur même du travail de jeunesse marxiste-léniniste en tant que tactique de masse dans la construction du parti. Faire en sorte que ce travail d’encadrement fasse naturellement partie de chaque activité de chaque membre du parti est une question fondamentale du COMMENT travailler.

Malgré tous les succès remportés et, en plus des obstacles objectifs, il existe également un certain nombre d'obstacles subjectifs à l'accélération de la construction du parti. Le parti doit donc bien répartir ses forces. Au Comité central, nous avons eu une discussion critique et autocritique sur la notion de « tâches objectives » du parti qui nous dicteraient la cadence. Mais ce que nous faisons, nous le déterminons consciemment sur la base de l'analyse dialectique du développement des facteurs objectif et subjectif. Sur cette base, il faut déterminer les maillons de chaîne à prendre. Ce n'est qu'en gardant cela à l'esprit que nous pourrons consolider et développer universellement notre système de travail quotidien. Il s'agit notamment de dissiper la tendance à supprimer d'importants éléments de base du travail.

Lors des activités de l'anniversaire de la révolution d'Octobre à Saint-Pétersbourg, nous avons été une fois de plus impressionnés par le rôle de notre ligne idéologico-politique. En Russie – et au-delà – la traduction du livre de Willi Dickhut, « La Restauration du capitalisme en Union soviétique » a été vendue pendant des années et des milliers de fois. Cela a ouvert la voie à notre influence croissante parmi les forces ayant des aspirations révolutionnaires. Cependant, la distribution de notre ligne idéologico-politique est carrément négligée dans de nombreuses unités organisationnelles, à l'exception de certaines offensives commerciales. C'est aussi une nuisance intellectuelle petite-bourgeoise quand des gens que nous rencontrons sont parfois débordés par l'étendue de nos expériences et connaissances. Mais il s'agit de leur donner les moyens de lire eux-mêmes les livres de la série Voie révolutionnaire12, pour obtenir ainsi une base idéologique et politique qui permet de s'orienter de manière autonome.

Dans cet esprit, nous avons également décidé de lancer une campagne pour attirer des abonnés d'essai et des abonnés fermes au magazine Rote Fahne. En outre, nous planifions des initiatives dans le domaine de l'instruction et de la formation, par exemple telles que celles mises en œuvre de manière exemplaire au camp d'été : toujours dans le but de s'assurer que les jeunes en particulier apprennent COMMENT il faut travailler et comment on organise le travail – en s'adressant aux gens, en les consolidant et les persuadant. Les jeunes deviennent ainsi porteurs de notre travail quotidien et persuasif systématiques. En ce sens, bon nombre de nos sections du CC et de nos directions du Land devront à l'avenir aller plus souvent à la base.

En bref, toute l'année 2018 sera marquée par le projet d'« assurer la victoire » -avec la méthode scientifique du travail marxiste-léniniste d'organisation et d'encadrement de type nouveau. COMMENT travailler est l'indicateur du degré de notre maîtrise de la méthode dialectique au niveau de l'enseignement du mode de pensée et de la pensée systémique.

 

Si le travail théorique joue un rôle aussi important, le Comité Central a-t-il certainement décidé d'autres projets dans ce contexte ?

Le Comité central donne la priorité à l'élaboration du numéro 36/37 de la série Voie révolutionnaire : « La crise de l'idéologie bourgeoise et l’enseignement du mode de pensée ». Ce sera un combat idéologique préliminaire des futures luttes de classe révolutionnaires.

Nous avons constaté dans ce contexte : L'anticommunisme moderne mène ses attaques les plus féroces contre Staline. Le MLPD a une ligne bien élaborée sur Staline en tant que classique du marxisme-léninisme. Cependant, ces connaissances n'ont pas encore été développées à tous les égards sur la base de l'enseignement du mode de pensée. Naturellement, elles n'ont pas encore été en mesure de contrecarrer les particularités de la campagne massive anti-Staline d'aujourd'hui. Le CC a organisé un séminaire sur cette question. Après la nouvelle Voie révolutionnaire, nous publierons les Réflexions biographiques du MLPD sur Staline. Nous y discuterons dialectiquement les grandes conquêtes – ainsi que les erreurs et les problèmes – de la construction socialiste sous la direction de Staline. De cette façon, nous voulons aider les masses à venir à bout de la diffamation de Staline et des réserves ainsi répandues contre le socialisme/communisme.

 

Comment l'offensive tactique en Thuringe s'inscrit-elle dans la « sécurisation de la victoire » ? N'est-ce pas une contradiction ?

Le Comité central a décidé d'une offensive tactique concentrée en Thuringe en rapport avec la candidature aux élections au Landtag de 2019. Là aussi, il est important de savoir COMMENT nous nous acquittons de cette tâche. Nous allons faire ce travail comme une école de construction systématique de parti pour l'ensemble du parti. La recherche d'une alternative sociale est particulièrement forte en Thuringe, qui se caractérise par l'industrie et notamment par une tradition révolutionnaire. Là aussi, l'essentiel de notre travail est dirigé contre le virement à droite du gouvernement fédéral et des partis bourgeois. Cependant, nous devons également cibler le gouvernement du Land. Il est dirigé par le Linkspartei [Parti de gauche], qui y traverse une crise latente. Ici, la prétention d'induire un changement fondamentalement positif en votant pour le Parti de gauche a échoué le plus ouvertement. Ainsi, d'une certaine manière, il y a de la place libre à gauche – et nous avons une perspective.

Néanmoins, l'influence idéologique du Parti de gauche ne doit pas être sous-estimée. Aider les gens à venir à bout de l'impact du mode de pensée petit-bourgeois révisionniste, prend même plus d'importance. Celui-ci s'exprime par exemple dans l'attitude d'attendre « que quelqu'un le fasse mieux pour nous ». Il y a d'importantes entreprises en Thuringe, dont la plus grande concentration d'exploitations minières de potasse. En 2017, des milliers de personnes ont manifesté avec succès contre les projets d'une « réforme territoriale » En même temps, la polarisation sociale est particulièrement aiguë. En Thuringe se concentre l'aile ouvertement fasciste de l'AfD. Contre cela se révolte surtout la jeunesse. Le MLPD et Rebell ont gagné de haute lutte la reconnaissance et en partie un rôle dirigeant dans les manifestations antifascistes.

Dans notre offensive tactique concentrée, nous voulons nous entraîner à savoir COMMENT nous devons travailler pour accélérer la construction du Parti et de Rebell, promouvoir les auto-organisations des masses et construire l'Alliance internationaliste. Ici aussi, la méthode de construction principale est le travail de jeunesse marxiste-léniniste comme tactique de masse de la construction de parti. Bien entendu, nous, l'ensemble du parti, voulons également nous concentrer sur la construction dans l'Est, de nouveau et davantage. Le parti entier travaillera pour surmonter les faiblesses qui y sont émergées dans le cadre de la nouvelle organisation du Land de Thuringe – entre autres par le biais de partenariats – et apprendra pour le travail « à la maison ». Nos groupes locaux et notre ancrage dans différentes entreprises sont un bon point de départ pour cela. Ainsi que le centre de vacances et de loisirs « Im Waldgrund », où l'association de jeunes Rebell organise ses camps d'été et en 2018 le 3e Festival de Musique Rebelle. Nous sommes toujours à la recherche de nombreux organisateurs qui soutiendront ce travail d'implantation sur place en Thuringe pendant un certain temps ou à long terme.

 

Au sein du mouvement révolutionnaire international on est en train de « remanier les cartes » pour ainsi dire. Quelles tâches le MLPD y voit-il ?

Diverses forces révisionnistes – en Allemagne et au plan international – sont dans un véritable processus de désintégration. Certaines prennent même parti pour l'un des camps impérialistes, comme la Chine ou la Russie. C'est en bonne partie la raison pour laquelle le Parti communiste allemand (DKP) a sombré dans une crise de parti existentielle et ouverte. La thèse révisionniste de « faire reculer pacifiquement le pouvoir des monopoles » ne résiste pas à la réalité sociale. En même temps, une aile révolutionnaire est en train d'émerger au niveau international dans le camp jusqu'à présent néo-révisionniste. En rapport avec le « Centenaire de la révolution d'Octobre », elle s'approche nettement des positions révolutionnaires ou bien elle y retourne. Le MLPD et l'Alliance internationaliste ainsi que l'ICOR au plan international ont acquis une influence considérable en tant que pôle révolutionnaire. Épanouir ce potentiel signifie un autochangement majeur pour toutes les personnes concernées. C'est pourquoi nous critiquons le fait que, dans certaines régions, trop peu de progrès ont été réalisés dans la construction de l'Alliance internationaliste et que, ainsi, de nombreuses opportunités restent inexploitées. Nous devons investir davantage de forces dans le travail international et convaincre aussi d'autres partis de procéder ainsi.

 

D'où vient la grande unanimité au sein du MLPD, alors qu'il y a de violentes luttes entre différentes ailes dans tous les autres partis ?

La situation objective force chacun à changer. Contrairement aux partis bourgeois ou aux forces petites-bourgeoises, le MLPD est bien prêt et capable de le faire. Il vient de le prouver de façon impressionnante en 2017 ! Quiconque, dans une telle situation – comme le DKP actuellement – n'est pas prêt à reconsidérer ou seulement discuter des positions apparemment erronées est voué à l'échec.

Bien sûr, aussi dans le MLPD un nouveau processus d'autochangement est nécessaire. Dan ce but nous organisons même toute une campagne de critique et d'autocritique. Parce que c'est un principe révolutionnaire pour nous de travailler sur nous-mêmes. Autrement, les nouveaux défis ne peuvent pas être maîtrisés au niveau le plus élevé de la construction de notre parti conquis jusqu'à présent ! Si nous réalisons ce que nous avons prévu de faire dans le contexte de l'autochangement, l'année prochaine peut apporter des progrès importants pour une nouvelle reprise dans la lutte pour le socialisme !

J'aimerais profiter de l'occasion pour exprimer mes sincères remerciements à tous nos camarades, femmes et hommes, pour leur grand engagement au cours de l'année dernière et pour leur bon appui dans la maîtrise de la relève des générations à la tête du parti.

À une année commune réussie 2018 !

Merci beaucoup pour l'interview

1 En 2016, il se chiffrait encore à 611 milliards de dollars

2 Permanent structured Cooperation = Coopération structurée permanente

3 Alliance des États Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie au sein de l'UE

4 En référence aux couleurs associées à la CDU/CSU (noir), au FDP (jaune) et aux écologistes (vert) – NdT

5 Handelsblatt,du 23 novembre 2017

6 AfD = Alternative für Deutschland [Alternative pour l'Allemagne] – NdT

7 voir magazine Rote Fahne 26/2017, p. 14

8 alliance des forces internationalistes, antifascistes, révolutionnaires et combatives de classe, formée au préalable de l'élection au Bundestag – NdT

9 Der Spiegel, 51/2017

10 Le postmodernisme affirme, entre autres, que la réalité ne soit finalement pas reconnaissable et explicable, surtout pas par le marxisme-léninisme, que la classe ouvrière disparaisse et que la lutte de classe soit obsolète.

11 Calcul purement numérique des résultats électoraux

12 Organe théorique du MLPD

 

Télécharger en PDF

Actions sur le document